Francesco Biamonti

Francesco Biamonti est né le 3 mars 1928 en Ligurie, dans le petit village de San Biagio della Cima près de Vintimille. Il fut longtemps bibliothécaire avant de se consacrer à la culture des mimosas dans son village natal. Il y est mort le 17 octobre 2001.

Son premier roman, L’Ange d’Avrigue, a été traduit par Philippe Renard en 1990 dans la collection « Terra d’altri ».

Chez d’autres éditeurs

Attente sur la mer, roman, trad. François Maspero, Seuil, 1996

Les Paroles la nuit, roman, trad. François Maspero, Seuil, 1999

 

En langue originale

L’angelo di Avrigue, Einaudi, 1983

Vento largo, Einaudi, 1991

Attesa sul mare, Einaudi, 1994

Le parole la notte, Einaudi, 1998

Aux éditions Verdier

Annexes

Libération, 19 octobre 2001, par Jean-Baptiste Marongiu

Dans ses romans comme dans la vie, Francesco Biamonti s’est tenu à cette « ligne ligurienne » qui consiste à parler de soi en parlant des choses, à dessiner son propre portrait à travers la nature, comme l’un de ces paysages en mouvement, entre mer et montagne, qui l’avaient vu naître. D’ailleurs, il ne s’est... Lire l'article

Le Monde, 22 octobre 2001, par Jean-Luc Douin

Francesco Biamonti, « peintre paysagiste » de l’écriture

Francesco Biamonti était « venu du néant », né le 3 mars 1928 en aride pays ligure, près de Gênes, dans le petit village de San Biagio della Cima ; il y vivait encore, près du moulin à huile de son aïeul ; il y entretint toujours le lopin de terre familial, sans... Lire l'article

Bleu de peinture, par Jean-Paul Manganaro

J’ai connu Francesco Biamonti à Lyon, un salon du livre, il y a longtemps, Philippe Renard était encore vivant, Bernard Simeone était encore là, il y avait Gérard Bobillier, j’aurais dû traduire L’Ange d’Avrigue, puis ça ne s’est pas fait, comme il y a souvent des choses qui ne se font pas d’elles-mêmes, nous avons... Lire l'article