wajcman_gerard
Gérard Wajcman

Écrivain, psychanalyste, enseigne à l’université.

Chez d’autres éditeurs

L’Œil absolu, Denoël, 2010

Nature de vase à la morte de Chine, Dumerchez, 1997

L’Interdit, Denoël, 1986

Le Maître et l’Hystérique, Navarin/Le Seuil, 1982

Voix-le face à la chute des sons nus, Argo, 1979

Traductions

El objeto del siglo, traduit de l’espagnol, Amorrortu editors, Buenos Aires, Argentine

Théâtre

Le Jeu du Narcisse, opéra, musique de M. O. Dupin, Solin, 1994

Angels in America de T. Kushner, traduction avec J. Lichtenstein, L’Avant-Scène, 1994

La Nuit de l’Iguane, de T. Williams, traduction, Comédie française/Imprimerie nationale, 1991

L’Imposture, de G. Bernanos, adaptation avec P. Bonitzer, Théâtre de la Ville, 1989

Conférences, lectures

Forum de l’essai sur l’art, Chapelle de la Sorbonne, 28 novembre 1998

Radio et télévision

« Panorama », par J.-M. de Montremy, France Culture, 22 décembre 1998

« Peinture fraîche », par Jean Daive, France Culture, 13 janvier 1999

Annexes

À propos de Fenêtre, par Gérard Wajcman

Par la fenêtre nous prenons des nouvelles du monde. Mais ouvrir une fenêtre, c’est non seulement s’ouvrir au monde, y plonger par le regard, c’est aussi le faire entrer, élargir notre propre horizon. Jadis, la fenêtre, via la peinture, a dessiné les territoires du monde, métamorphosant dans son cadre le pays en paysage. On a... Lire l'article

Le Monde, 3 décembre 1998, par Gérard Wajcman

« Saint-Paul » Godard contre « Moïse » Lanzmann ?

Pour certains, le temps serait enfin venu d’abattre une ultime Bastille, de se libérer du « dernier tabou » dans ce monde. Ainsi s’exalte Charles Najman dans Libération (19 novembre). Contre quels censeurs ? Le ministère de l’Intérieur ? Le Vatican ? Non : ceux que le film de Benigni ne fait pas rire et pour qui la représentation... Lire l'article