Philosophie

72 p.

10,14 €

ISBN : 978-2-86432-149-1

Parution : mai 1992

Moscou 1991 : les statues qui tombent mettent en cause le nom de Révolution.
Ce nom disait que rébellion et pensée peuvent se conjoindre. À condition seulement que l’une et l’autre soient poussées à leur point extrême. À cet horizon, la politique était nouée à l’éthique, laquelle convoque un être à accomplir le plus haut point de ce dont il est capable – y compris peut-être l’impossible : agir en immortel, bien qu’on soit mortel et parce qu’on est mortel. La conjonction et le nœud sont à présent défaits.
La rébellion requiert-elle l’évanouissement de toute pensée ? La pensée requiert-elle la soumission ? Qu’advient-il lorsque la politique n’est plus le commandement qui résume tous les autres ? Le symptôme de la politique est-il désormais le médiocre ? La bassesse ?
Pour pouvoir déployer ces questions, il faut cesser de tenir que rien n’a eu lieu. D’où la nécessité du constat.

Revue de presse

Le Quotidien de Paris, 27 mai 1992, par André Masse-Stamberger

Il pense dense Jean-Claude Milner. Lorsqu’il sculpte des évidences son marteau de philosophe ne donne pas dans la lapalissade […] Il dit […] que l’union de la pensée et de la rébellion a été brisée alors qu’elles étaient consubstantielles et que l’Occident s’en trouve changé. Il pense bref, ce professeur de linguistique qui nous sert... Lire la suite

Libération, 28 mai 1992, par Marc Ragon

En analysant les termes dans lesquels la révolution a été pensée par le « monde » marxiste, Jean-Claude Milner produit de facto un « néo-marxisme » qui se rend de nouveau lisible aux lendemains de l’URSS.

Lire la suite

La Quinzaine littéraire, octobre 1993, Robert Bonnaud

Nostalgique, magnifique, livre-culte déjà, pour les derniers (et premiers) carrés de l’extrême-gauche, du Québec à Jussieu. Milner réfléchit sur l’effondrement du monde communiste. Pour lui, c’est un vrai effondrement, un vrai événement, pas seulement l’épilogue dérisoire d’une longue histoire dégénérative : quelque chose a eu lieu. Ce quelque chose est la disparition d’une conjonction singulière, rare,... Lire la suite