Être juif
Études lévinassiennes

Philosophie

128 p.

13,00 €

Epub : 8,49 €

Tirage de tête : 10.3 €

ISBN : 978-2-86432-431-7

Parution : novembre 2003

Être juif. Être, de manière radicalement singulière ; être, irrémissiblement rivé à son judaïsme comme le dit Emmanuel Lévinas, présent tout le long des lignes de ce texte.
À partir de cette facticité juive, s’esquissent quelques propositions pour une pensée du Retour. Retour au Sinaï. Là précisément où le juif est rivé.
La pensée du Retour requiert une critique de l’athéologie du juif moderne. Théologie du silende de Dieu après Auschwitz, critique de la théodicée, enfin recours à la notion de Mal absolu, voilà les points par où il faut passer de manière critique.
En ce sens, ce livre s’adresse à tout homme pour autant qu’il est encore sensible à la question de l’origine du Mal.

Extrait

Nés […] en 1945, nous procédions des épousailles des Lumières et de la Nuit. La Nuit ne s’opposait pas aux Lumières, elle les achevait : il fut jour, il fut nuit ; jour un. Le verset, à l’envers. Les lettres voletaient en désordre. Le prophète se lamentait : Nos pères ont failli, ils ne sont plus ; quant à nous, leurs fautes, nous les supportons.
Nous, fils de l’inversion, nous ne nous lamentions pas. Nous n’avions plus à payer aucun billet. Tout avait été payé, et pour toujours. Le Siècle nous faisait un crédit illimité ; le Juif honteux pouvait être fier, sans frais : il n’était plus le Juif moderne, mais le Juif du Siècle. Nous ne remarquions même pas que nous étions en train de payer l’absence de lamentations. Le prix : l’obscurcissement du rapport du fils au père. Dans les Lumières, nous avions perdu la mère ; dans la Nuit : le père. Enfants adoptifs du Siècle, nous pouvions nous mêler à tous ses combats. Ils se révélèrent douteux, qu’à cela ne tienne : nous pouvions nous retourner contre le Siècle, en véritables enfants. Contre le Siècle de la barbarie s’élevaient alors l’humanité et ses droits.

Revue de presse

Actualité juive, 22 janvier 2004, par Franklin Rausky

Ce livre posthume se veut une poursuite critique, lucide, sans complaisances doctrinales, du questionnement que le grand philosophe juif Emmanuel Lévinas commença à formuler au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : quelle est la nature de l’être juif ? Comment cet être juif s’exprime dans le monde contemporain ? Quelle est la possible authenticité existentielle de l’être... Lire la suite

Libération, 8 janvier 2004, par Éric Marty

Béni Lévy in memoriam

Au-delà de la limpidité de son titre (Être juif), le livre de Benny Lévy est un livre difficile, mais ce serait mal le lire que de croire qu’il a été écrit dans une langue étrangère. Il s’adresse à nous du début jusqu’à la fin parce qu’il vient de quelqu’un qui est l’un... Lire la suite

Page des libraires, novembre 2003, par Olivier Carrérot

Philosophie et judaïsme

Le conflit israélo-palestinien s’enkyste chaque jour davantage, les actes antisémites se multiplient… Le pessimisme ambiant s’accompagne d’une nuée d’essais, disponibles à tous les rayons de la librairie (actualité, géopolitique, histoire, psychanalyse, etc.). Il semble surtout raviver, chez quelques intellectuels héritiers de la haute pensée juive, le questionnement sur la judéité.

L’identité... Lire la suite

Livres hebdo, 24 octobre 2003, par Jean-Maurice de Montremy

De Moïse à Moïse, en passant par Mao

La mort subite à cinquante-huit ans de Benny Lévy, alias « Pierre Victor», a scellé son itinéraire. Fondateur de la Gauche prolétarienne, puis de Libération, grande figure des éditions Verdier, il s’apprêtait à publier Être juif. Un livre qui semble désormais son testament.

Benny Lévy s’apprêtait à quitter Israël pour soutenir... Lire la suite

Le Point, 7 novembre 2003, par Bernard-Henri Lévy

Le livre posthume de Benny Lévy

Que la célébration des Lumières et la cérémonie de la naissance qu’elle prescrit sont une certaine façon d’en finir avec la facticité juive. Que le Juif moderne, dans sa figure notamment révolutionnaire, résulte d’un double effacement : celui du père (dans la Nuit), de la mère (via les Lumières). Qu’il... Lire la suite

Radio et télévision