fenetre
Fenêtre
Chroniques du regard et de l’intime

Philosophie

480 p.

30,00 €

Epub : 19,99 €

ISBN : 978-2-86432-415-7

Parution : mai 2004

Par la fenêtre nous prenons des nouvelles du monde. Mais ouvrir une fenêtre, c’est non seulement s’ouvrir au monde, y plonger par le regard, c’est aussi le faire entrer, élargir notre propre horizon. Jadis, la fenêtre, via la peinture, a dessiné les territoires du monde, métamorphosant dans son cadre le pays en paysage. On a cependant négligé que cette fenêtre qui ouvre sur l’extérieur trace aussi la limite de notre propre territoire, qu’elle dessine le cadre d’un « chez soi ».
La fenêtre qui ouvre sur le monde ferme notre monde, notre intérieur. Moi et le monde – ils se croisent à la fenêtre. « Qu’est-ce que le moi ? Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants », répondait Pascal. Se pencher sur la fenêtre, ce sera réfléchir sur ce bord où viennent se rencontrer le plus lointain et le plus proche, et sur le fait que la fenêtre oblige peut-être à concevoir que le Moi et le Monde ne peuvent que se penser ensemble – jusqu’à ce point : et si la subjectivité moderne était structurée comme une fenêtre ? C’est ici, tout de suite, qu’il faut préciser : pas n’importe laquelle : la fenêtre née à la Renaissance. Et là encore, pas n’importe laquelle : la fenêtre de la peinture, la fenêtre du tableau, exactement, celle inventée par Alberti. Voilà l’hypothèse, elle donne le fil de l’histoire.
En grand hommage à l’idiot chinois de la fable qui, quand le maître montre du doigt la lune, regarde le doigt, j’invite donc ici à regarder la fenêtre. Invitation à détourner notre regard fasciné de spectateur du spectacle vers l’objet qui ferme et ouvre notre regard – la fenêtre.

Revue de presse

À propos de Fenêtre, par Gérard Wajcman

Par la fenêtre nous prenons des nouvelles du monde. Mais ouvrir une fenêtre, c’est non seulement s’ouvrir au monde, y plonger par le regard, c’est aussi le faire entrer, élargir notre propre horizon. Jadis, la fenêtre, via la peinture, a dessiné les territoires du monde, métamorphosant dans son cadre le pays en paysage. On a... Lire la suite

Vient de paraître, juin 2005, par Louise Lambrichs

Poursuivant sa réflexion sur l’espace – les façons diverses qu’a l’homme de le percevoir tout autant que ses façons diverses de le structurer (par l’architecture) ou de le donner à voir (dans la peinture) Gérard Wajcman invite le lecteur, au cours d’une longue digression/méditation sur le thème de la « fenêtre », dans l’aventure du regard qui traduit, aussi,... Lire la suite

Vient de paraître, décembre 2004, par Sylvie Courtine-Denamy

Dédié à Daniel Arasse, qui n’a pas eu le temps de le lire, placé sous le signe du premier receuil de Kafka, Regards, mais également sous celui de Lacan – Gérard Wacjman est aussi psychanalyste –, ce livre invite moins à une promenade dans l’histoire de l’art et de la littérature sur le thème des fenêtres, qu’à prendre au... Lire la suite

L’Arche, octobre 2004, par Antoine Spire

Nos fenêtres ressemblent à des tableaux

Gérard Wajcman est psychanalyste. Dans L’Objet du siècle (éditions Verdier), il avait montré que le XXe siècle, siècle de l’objet, avait été révélé par l’art, siècle de l’absence, siècle de l’anéantissement aussi, bien sûr ; avec cette absence fondamentale provoquée par le génocide. Consacrant un volume à la fenêtre, qu’il décrit... Lire la suite

Bulletin critique du livre en français, septembre 2004

Le précédent essai de Gérard Wajcman, L’Objet du siècle, avait déjà retenu l’attention. L’auteur, écrivain et psychanalyste, croisait l’histoire de l’art et l’esthétique pour interroger et comprendre le XXe siècle à partir de ses œuvres d’art. Son nouvel essai, Fenêtre : chroniques du regard et de l’intime, est tout aussi ambitieux et s’appuie sur le même croisement salutaire – des... Lire la suite

Radio et télévision

« L’atelier intérieur », France Culture, lundi 12 novembre 2012 de 23h à minuit