la_chair_et_la_pierre
La Chair et la Pierre
Le corps et la ville dans la civilisation occidentale

Art, architecture, cinéma

24x22 cm. Traduction de l’anglais (États-Unis) par Zoé Andreyev. Révision et adaptation par Agnès Paty. Illustrations en noir et blanc

288 p.

30,43 €

ISBN : 978-2-86432-950-1

Parution : janvier 2002

Paru aux éditions de la Passion

 

« La Chair et la pierre est un essai sur l’histoire de la ville vue sous l’angle de l’expérience corporelle : ce qu’on y voit, ce qu’on y entend, ce qu’on y ressent, les lieux où l’on mange, comment on s’habille, on se déplace, on se lave, on fait l’amour, depuis l’Athènes de Périclès jusqu’au New York d’aujourd’hui. Si le corps humain a été choisi ici pour comprendre le passé, le livre est plus qu’un simple catalogue historique de sensations physiques dans l’espace urbain. Mais la civilisation occidentale ayant toujours répugné à reconnaître la dignité et la diversité du corps humain, j’ai cherché à comprendre comment se traduisait cette répugnance dans l’architecture, l’urbanisme et la planification.
J’ai écrit ce livre poussé avant tout par un sentiment de perplexité face à un problème de notre époque : la pauvreté sensorielle de la plupart des bâtiments contemporains, et la tristesse, la monotonie, et la stérilité, sur le plan tactile, de l’environnement urbain. Cette pauvreté est d’autant plus saisissante que les temps modernes célèbrent les sensations du corps et la liberté physique. J’ai cru tout d’abord que les causes étaient à rechercher du côté des architectes et des urbanistes, dont les projets auraient quelque part perdu le sens du rapport actif avec le corps humain. Mais en creusant un peu, je me suis aperçu que le problème était plus vaste, et ses origines plus anciennes. »

Richard Sennett

Revue de presse

Urbanisme, par Thierry Paquot

Après bien des péripéties, l’ouvrage de Richard Sennett, dont l’édition originale date de 1994, sort enfin en français grâce à l’opiniâtreté de R. et M. Perelman, et c’est tant mieux. On connaît Les Tyrannies de l’intimité et La Conscience de l’œil de ce sociologue et historien marqué à la fois par Hannah Arendt et Michel Foucault ; là, il souhaite expliquer... Lire la suite

Le Monde, 21 avril 1995, par Christian Delacampagne

Nombreuses sont les figures qu’a prises l’organisation physique de la cité occidentale. Restait à en écrire l’histoire. Aux États-Unis, c’est fait – et fort bien – par Richard Sennett.

Une cité, dit Aristote, doit être composée de différentes espèces de gens : différents par le sexe, le métier, la condition sociale, l’origine ethnique… Nul ne contestera cette observation de bon... Lire la suite