La France devant l’Europe

Verdier/poche

Présenté et annoté par Yann Potin

144 p.

8,10 €

ISBN : 978-2-86432-671-7

Parution : février 2012

Voici un livre oublié, car égaré dans le pli des événements, entre guerre étrangère et guerre civile. Publié à Florence en janvier 1871, moins de trois mois avant le tragique épisode de la Commune de Paris, La France devant l’Europe est une œuvre crépusculaire, nourrie par le désespoir d’un homme qui n’a pourtant cessé, au cours de son travail d’historien, d’annoncer la « Révélation » d’une humanité enfantée par l’éclair de la Révolution française.
Ce petit texte aussi nerveux que précipité, fut écrit dans la fuite et l’exil, face à la défaite et à l’invasion du territoire national par les armées de Bismarck. C’est donc un livre de l’effondrement, qui tente de penser le désastre avant même son issue. Il ressort de cette prise de parole et d’écriture prématurée une sorte de prophétisme maladroit et sublime, suspendu dans le temps et qui semble être autant écrit pour soi que pour les autres.

Revue de presse

La Croix, 2 avril 2012, par Marianne Meunier

Plus de cent ans après sa première publication, un texte de l’historien Jules Michelet reflétant la prostration française après la défaite de 1870 contre la Prusse est réédité. Un petit ouvrage nerveux et brouillon – moins de 150 pages chargées de virgules et de points d’exclamation –, où les chapitres se succèdent selon une logique qui parfois échappe.

... Lire la suite

Télérama, 29 février 2012, par Juliette Cerf et Gilles Heuré

Jules Michelet (1798-1874) a quitté la France en septembre 1870, juste après la capitulation de Napoléon III à Sedan. Dans ce texte, il pleure sur son pays envahi, mais dresse aussi le tableau impitoyable d’un régime impérial qui a accumulé les erreurs et foulé au pied les principes démocratiques. Patriote, Michelet fustige le système de... Lire la suite

Radio et télévision

« Tout feu, tout flemme », par François Angelier, France Culture, lundi 5 mars 2012 de 8h50 à 9h