La Frontière

Terra d’altri

Roman. Traduit par Hélène Leroy

240 p.

19,07 €

ISBN : 978-2-86432-111-8

Parution : octobre 1990

Durant l’été 1941, le narrateur, jeune officier de l’armée italienne, rencontre, dans l’île dalmate où il se trouve en convalescence, un vieillard, Simeone, qui au fil d’une amitié naissante lui conte l’histoire d’Emidio Orlich : cet autre jeune officier, mais de l’armée austro-hongroise, mourut au front, lors de la Première Guerre mondiale, dans des circonstances où se mêlèrent confusément courage, sacrifice et trahison. Un tel destin (et seul le vieil homme semble en connaître le secret) exerce une lente mais irrémédiable fascination sur le narrateur, dont le malaise à l’égard du fascisme et de ses violences en Yougoslavie répond au dilemme qui fut celui d’Orlich vingt-cinq plus tôt, dans un contexte d’irrédentisme.

Plus que le récit, admirablement maîtrisé, d’une double prise de conscience, ce livre est une méditation, à travers quelques personnages innocents et complexes, sur l’enfer du choix, qui n’a d’autre fonction que de séparer, de tracer une frontière.

Extrait

Pour moi aussi la photographie de ce groupe d’officiers représenta un point de départ. Elle constitua même fort longtemps, dans l’immensité et la complexité de ce que j’imaginais, entrevoyais, soupçonnais, un élément de certitude réconfortante car elle m’offrait justement une possibilité permanente de m’y référer. Je veux dire que, lorsque j’eus à mon tour pris connaissance de tous les papiers d’Emidio rassemblés et conservés dans la petite cassette et que je les eus présents à l’esprit au point de pouvoir affirmer les connaître par cœur, les visages des hommes représentés sur le carton jauni devinrent, pour moi aussi, des visages familiers car, après cette première soirée et après que Simeone eut achevé de me raconter succinctement tout ce qu’il savait, je revins plus d’une fois chez lui pour réexaminer, discuter et plus encore interpréter ces documents. Comme Simeone, je donnai à chacun d’eux le nom et le prénom qui me semblaient devoir lui appartenir, sûr comme lui de ne pas me tromper.

Au milieu de ce groupe, Emidio Orlich apparaissait différent du jeune homme que j’avais découvert sur la photo pour laquelle il avait posé en uniforme de cadet. Il ne pouvait pas s’être écoulé beaucoup de temps entre les deux clichés mais Emidio se trouvait à un âge où les changements et le mûrissement surtout se manifestent brusquement, de façon presque foudroyante, et marquent aussitôt la physionomie. En officier et revêtu de son uniforme de campagne, le jeune homme semblait avoir complètement perdu son aspect craintif d’adolescent embarrassé et indécis. D’abord il ne souriait plus et son visage, son attitude étaient maintenant empreints d’un air martial tout neuf et un peu faraud dont, à y regarder de près, on pouvait même penser qu’il était voulu, voire qu’il se l’imposait en guise de parade, mais qui n’en demeurait pas moins un air martial. On avait l’impression qu’en se faisant photographier il s’était soucié de ressembler le plus possible à ses camarades.

Revue de presse

Le Monde, 14 décembre 1990, par Patrick Kéchichian

Au contraire du sillon que l’homme inscrit dans la terre, la frontière est une ligne abstraite, tracée à sa surface. Ligne qui sépare, protège ou fait violence, qui dessine les sinuosités de l’Histoire, les aléas de la puissance ou de la gloire. Ligne aussi qui passe et, là, s’inscrit, dans la conscience et le cœur... Lire la suite

L’Express, 27 décembre 1990, par Paul-Jean Franceschini

Où passe la frontière entre l’amour et la passade, le vrai et le faux, la loyauté et la trahison quand vacille l’image du père, de François-Joseph ou de Mussolini, qui incarne la patrie, fonde l’identité et dicte la loi ?

Lire la suite

La Libre Belgique, 21 février 1991, par Alberte Spinette

Composé de deux mondes romanesques étroitement imbriqués, le roman de Franco Vegliani se déploie pourtant avec une limpidité extraordinaire. Si le lecteur veut s’amuser à déjouer les renvois d’un plan à l’autre et les montages destinés à construire l’histoire d’Emidio Orlich, il peut aussi s’abandonner aux plaisirs du suspense. Car les fragments narratifs s’enchaînent avec... Lire la suite