la_maison_vide
La Maison vide

Collection jaune

64 p.

9,13 €

ISBN : 978-2-86432-243-6

Parution : octobre 1996

Les arbres sont des hêtres. La lumière est vive. L’allée est entretenue. Une jeune femme marche doucement, regarde ses pieds fouler les feuilles. C’est Nicole. Un pigeon s’envole. Elle ôte ses souliers, regarde en l’air du côté du pigeon. S’arrête : son pied droit lui fait mal. Elle l’aura posé sur un soldat de plomb. Non : c’est un capitaine, cassé, sans socle. Les épaulettes – ou les éperons – l’auront piquée. Nicole remet ses souliers, et demande s’il existe des sentiments en miniature.

Revue de presse

Le Magazine littéraire, novembre 1996, par Pierre-Marc de Biasi

Jamais peut-être l’écriture n’avait atteint un tel degré de condensation. Imaginez une suite de la Comédie humaine écrite par Mallarmé avec la collaboration attentive du jeune Freud.

Lire la suite

Le Nouvel Observateur, 7 novembre 1996, par Jérôme Garcin

Dans ce huitième bref et inclassable ouvrage, [Pierre Dumayet], ennemi du figuratif, rêve éveillé, joue aux cadavres exquis, tient du cruciverbiste, saute du coq à l’âne, attrape au vol des conversations, écrit à reculons, ricane sous le signe de Diderot, Queneau et Perec. On s’y perd, quel bonheur.

Lire la suite

L’Événement du jeudi, 5 décembre 1996, par Patrice Delbourg

Un style au bistouri, étranglé de brillante érudition, énigmatique, d’une sécheresse qui touche au rébus. […] Une manière discrète, lointaine, volatile. Sans opinion. Ni capiton. Des sentiments sur patin de feutre. Le reflet du temps dans la solitude stoïcienne de La Maison vide. Dumayet comme à l’antique.

Lire la suite