La neige gelée ne permettait que de tout petits pas

Collection jaune

Nouvelles

96 p.

41,68 €

ISBN : 978-2-86432-433-1

Parution : janvier 2005

Au-delà de la frontière, un pas suffit et vous êtes projeté ailleurs.
Juste un tout petit pas, à peine au-delà ; quelque chose qui se passe et qui ne passe pas ; quelque chose qui se pense, tout seul, à l’intérieur de soi – et le monde, soudain est à l’envers, le dedans dehors ou le dehors dedans.
Ce sont ces moments de crête, fugitifs et imprévisibles, implacables et quotidiens, pleins d’une protestation muette, parfois d’un bonheur réel ou injustifié, que livrent à notre sensibilité les personnages de ces nouvelles, moments, au fond, sans passé ni avenir et qui ne valent que pour eux-mêmes.
Neuf nouvelles, autant de variations en forme d’éloge de la fuite.

Extrait

Tout à l’heure je vais me lever, pensa-t-elle. Tout à l’heure je vais me lever, prendre un petit-déjeuner et quitter cet hôtel. Ils me cherchent tous. Même la police, sans doute. Je vais sortir de l’hôtel, me diriger vers la gare et les rejoindre. Non, pas les rejoindre. Ou plutôt si. Ou bien j’irai dans une autre direction. A l’opposé, voilà. Je ne sais pas encore. C’est dans moins d’une heure peut-être, et je ne sais pas encore dans quelle direction je vais aller.
Elle ouvrit les yeux et sourit au plafond. Elle se sentait intensément riche, prête à toute éventualité – comme à l’extrême pointe de son présent, ou sur la crête acérée d’une montagne. Le bruit insupportable des camions qui se croisaient sous ses fenêtres allait en s‘accroissant. Elle se disait qu’elle allait peut-être se rendormir avant de descendre.

Revue de presse

TOC, janvier 2005, par Vincent Monadé

La première nouvelle, qui donne son titre au recueil, peut se résumer à cette image : une fin de journée, un homme dans sa voiture devant le domicile conjugal. Les heures passent et il observe de l’extérieur les lumières allumées de son salon. Dans une autre, une femme part rendre visite à sa fille avec son... Lire la suite

Livres hebdo, 3 décembre 2004, par Jean-Claude Perrier

Garcin le virtuose

[…] Quant aux nouvelles de La neige gelée ne permettait que de tout petits pas, elles procèdent du même esprit : chacune met en scène un personnage trivial, au moment où sa vie pourrait basculer. Comme ce représentant de commerce qui rêve d’assassiner sa femme et finira par rester la nuit, sous la neige,... Lire la suite

Tageblatt, février 2005, par Laurent Bonzon

Anatomie de la fuite ordinaire

Avec un recueil de nouvelles (Verdier) et un roman (Gallimard), Christian Garcin montre une fois encore l’étendue de son talent. Que ce soit dans son rôle de scrutateur d’un monde où chacun, dans son ordinaire, se meut au bord de la rupture, ou dans celui d’inventeur de rencontres signifiantes... Lire la suite