La Tourmente

Poustiaki

Traduit du russe par
Anne Coldefy-Faucard

192 p.

17,75 €

ISBN : 978-2-86432-657-1

Parution : septembre 2011

Tirée par cinquante mini-chevaux, une trottinette des neiges emporte vers un village frappé par une épidémie un médecin qui rappelle fortement le Boulgakov des Carnets d’un jeune médecin. Elle est conduite par le « Graillonneux », livreur de pain de son état, incarnation touchante et presque caricaturale du moujik.
Le couple classique de la littérature russe – le peuple et son élite, la seconde voulant éternellement faire le bonheur du premier et faisant son éternel malheur – se trouve à nouveau réuni, fonçant à travers l’espace et le temps dans ce curieux véhicule, version sorokinienne de la célèbre troïka de Gogol.
« Russie, où cours-tu donc ? » demandait l’auteur des Âmes mortes au début du XIXe siècle.
Vladimir Sorokine pose à son tour la question des destinées d’une Russie lancée à fond de train sur un chemin qui semble s’étirer par-delà l’horizon. Mais cette fois, la route est presque inexistante, invisible, effacée par la tourmente qui se déchaîne.

Revue de presse

Madame Figaro, 26 juillet 2012, par Colette Kerber

Le choix des libraires, par Colette Kerber.

C’est un roman étrange et jubilatoire. Lors d’une terrible tempête de neige, un médecin est appelé dans un village frappé par une épidémie. C’est le livreur de pain qui l’y emmènera sur une trottinette tirée par cinquante chevaux nains. Les repères temporels sont brouillés et il est question... Lire la suite

Prix Russophonie 2012, par Kirill Privalov

La Russie dans la tourmente

La lecture de Sorokine, quelle que soit la façon dont on l’aborde, n’est jamais superficielle ou simplement divertissante. C’est dû à la fois à sa langue, modelée avec une incroyable virtuosité sur celle de l’époque où l’auteur expédie ses héros, à sa façon d’écrire « à la manière » d’un classique russe... Lire la suite

Le Temps, 23 décembre 2011, par Eléonore Sulser

Vladimir Sorokine fait souffler une tourmente littéraire

Paru en français chez Verdier, La Tourmente pulvérise les classiques russes.

Dans La Tourmente, que Vladimir Sorokine a publié en langue originale en 2010, tout commence de manière familière pour les lecteurs de classiques russes. C’est l’hiver. La neige est partout. Platon Ilitch Garine, médecin de district, est impatient et de... Lire la suite

Olé !, 14 décembre 2011, par Daniel Bégard

On ne fait pas plus russe Cette tourmente de Sorokine ressemble à la dislocation du grand corps de sa littérature nationale. Corps que l’auteur reconstitue avec amour et impertinence. Trois bras de Tourgueniev, une jambe de Boulgakov, les mains de Pasternak, le nez de Gogol, les oreilles de Tolstoï, les pieds de Blok. Le résultat... Lire la suite

La Revue des deux mondes, novembre 2011, par Aurélie Julia

« Pour porter un regard littéraire sur la Russie, il a toujours fallu choisir une optique particulière, qui s’écarte du regard humain. J’ai moi aussi mon propre système optique : mes deux éclairages sont la Russie d’avant la révolution et la Russie postindustrielle de l’avenir. C’est à l’endroit où leurs rayons se croisent que je vois apparaître... Lire la suite

Page des libraires, novembre 2011, par Yann Granjon, Librairie Sauramps (Montpellier)

L’ombre de Gogol

Dans le décor typique d’une campagne russe perdue entre présent et passé, Platon Ilitch Garine, médecin de district, se rend en hâte dans la ville de Dolgoïé où s’est déclarée une mystérieuse épidémie. Aucun cheval frais dans le relais de poste du village où il fait étape. Afin de quitter les lieux... Lire la suite

La Liberté, 15 octobre 2011, par Alain Favarger

Entre Russie profonde et zombies

Vladimir Sorokine. L’écrivain né en 1955 nous plonge dans une tempête de neige qui devient l’allégorie d’un monde bloqué courant à sa perte. Un roman aussi haletant qu’hallucinant.

Imaginez un petit traîneau lancé à toute bride dans un paysage enneigé, immaculé. À bord un médecin, le Dr Garine, qui... Lire la suite

Radio et télévision

« Discussion au coin du feu », Radio Librest, novembre 2011
« L’éléphant effervescent », par Mélanie Bauer, Radio Nova, lundi 17 octobre 2011, à 17h30