Le Zohar – Genèse, tome I
Préliminaires, Beréchit, Noah, Lekh Lekha

Les Dix Paroles

Traduction, annotation et avant-propos par Charles Mopsik

672 p.

29,50 €

ISBN : 978-2-86432-013-5

Parution : avril 1984

Élaboré vers la fin du treizième siècle, Le Zohar est le livre fondamental de la mystique juive ou cabale, c’est-à-dire de l’expérience de l’union avec le divin. L’ouvrage adopte la forme d’un commentaire sur l’ensemble du Pentateuque, le Cantique des cantiques, Ruth et les Lamentations.

 

Cantique des cantiques

Si le Cantique des cantiques est considéré par la tradition juive comme le saint des saints parmi les ouvrages du canon sacré, Le Zohar sur le Cantique des cantiques est l’une des plus belles sections de l’ensemble du Zohar – peut-être la plus belle.

L’ouvrage développe le thème de l’amour et de la rencontre selon diverses variations qui vont de l’humain au divin.

Des éclairages profonds et originaux sur les lettres hébraïques et le mystère de la création forment une part substantielle de son contenu.

Il se présente comme un dialogue entre rabbi Siméon ben Yohaï et le prophète Élie. Les enseignements de la tradition cabalistique qu’il révèle et met en forme n’ont souvent pas d’équivalent dans les autres strates du Zohar, ce qui lui confère une importance historique et doctrinale indispensable à la compréhension de l’ensemble du corpus ésotérique juif.

 

Livre de Ruth

Ce volume commente le livre biblique de Ruth. Il est l’un des joyaux de la littérature cabalistique où les principales notions et les motifs les plus importants du Zohar se trouvent rassemblés.

Sans être réduite à une abstraction, la figure de Ruth se trouve élevée au niveau d’un signifiant essentiel : elle représente aussi bien l’âme humaine dans son périple terrestre et eschatologique que la dimension féminine du divin.

 

Lamentations

Le Zohar sur les Lamentations est non seulement la plus singulière d’entre toutes les sections du corpus zoharique, mais il n’est pas exagéré de dire qu’il en est la clé.

Il suppose en effet la totalité du Zohar et l’ensemble du système de pensée cabalistique comme arrière-plan et comme socle, et en même temps il se passe totalement de toute lecture préalable, de toute explicitation.

Il est abordable tel quel, comme objet littéraire indépendant et de portée universelle, bien qu’il ne parle que d’événements particuliers, d’un peuple particulier, d’un Dieu particulier, d’une histoire singulière.
Mais le langage qu’il emploie pour en parler est le plus universel de tous les langages, c’est celui de la poésie, de l’imagination, de la création artistique.

Et comme la poésie est aussi la pensée, le Zohar sur les Lamentations est sans doute, de tous les volumes du Zohar, celui qui donne le plus à penser, parce qu’il explique le moins, parce qu’il dit le plus.

Revue de presse

L’Âne, février 1982, par Gérard Haddad

Une hirondelle ou le printemps ? Le désert des grands textes hébraïques traduits en français peu à peu s’anime. Sans doute les parutions de ces derniers mois ne répondent pas aux véritables urgences, ni à la propédeutique souhaitable. Quel éditeur méritant tentera l’aventure de publier une traduction – nécessairement critique et commentée – du Talmud, du Midrach Rabba, vraies clés... Lire la suite

Le Nouvel Observateur, 30 janvier 1982, par Schmuel Trigano

Le livre de la splendeur

La traduction du Zohar, qu’une courageuse petite maison d’édition de l’Aude vient de publier, constitue un événement. Elle franchit en effet des siècles de mépris et d’indigence intellectuelle qui avaient tenu la mystique juive pour un obscurantisme superstitieux, ces « rêveries cabalistiques » que stigmatisait l’abbé Grégoire, pourtant grand défenseur des juifs en... Lire la suite

L’Arche, octobre 1981, par Arnold Mandel

Le Zohar suspect et sublimé

Le monument de la mystique juive, dans une nouvelle et remarquable traduction.

Le judaïsme de foi pratiqué et vécu, le religieux juif quotidien et son articulation, dans sa démarche spirituelle même, peuvent très bien se passer de connotation mystique explicite et encore demeurer féconds sur le terrain traditionnel et... Lire la suite

Bulletin de l’Agence télégraphique juive, 12 septembre 1981, par Salomon Malka

« Pourquoi j’ai traduit le Zohar ? »

Entretien avec Charles Mopsik. Propos recueillis par Salomon Malka.

En ouvrant ce gros livre de 700 pages qui n’est qu’un premier tome – vous annoncez quatre volumes suivants – on a envie d’abord de saluer votre courage et vous demander aussi : comment fait-on pour s’attaquer a une tâche aussi ardue ? Qu’est-ce qui vous... Lire la suite

Radio et télévision

Annexes

 

Emissions de radio sur le Zohar avec Charles Mopsik.

 

« Pourquoi j’ai traduit le Zohar ? », entretien avec Charles Mopsik.