L’Ecclésiaste et son double araméen
Qohélet et son Targoum

Les Dix Paroles

Traduction française du texte hébreu et du Targoum en regard avec variantes, notes, postfaces par Charles Mopsik

152 p.

13,18 €

ISBN : 978-2-86432-102-6

Parution : avril 1990

La Bible hébraïque a été traduite en araméen au cours des premiers siècles de l’ère commune. D’abord traductions orales qui accompagnaient les lectures synagogales lors des assemblées festives, les versions des différents livres des écritures ont été ensuite adaptées et mises par écrit. Parmi ces traductions appelées Targoums, celle de l’Ecclésiaste a la particularité d’être à la fois une paraphrase suivie de son modèle hébreu et, en quelque sorte, sa réécriture, son double araméen. Elle renferme, comme d’autres Targoums, des amplifications narratives qui mettent en scène le roi Salomon et ses successeurs sur les trônes d’Israël et de Juda. Un de ces récits donne lieu en fin d’ouvrage à une étude portant sur les échos des légendes salomoniennes dans la mystique juive ainsi que sur des lectures de la cabale concernant quelques-uns des versets de l’Ecclésiaste, source d’inspiration importante pour elle.

Revue de presse

Revue de théologie et de philosophie, nº 123, 1991, par Jean Borel

On appelle « targoum » la traduction-adaptation orale, plus ou moins libre et développée, que l’on faisait en langue ararméenne après la lecture synagogale du texte canonique de la Bible. Comme le dit Charles Mopsik, qui nous offre ici la traduction française du targoum de Qohélet, « on ne peut en apprécier l’apport et la valeur que s’il... Lire la suite