Lecture du Banquet de Platon

Philosophie

64 p.

9,94 €

ISBN : 978-2-86432-237-5

Parution : février 1996

Réunis chez Agathon pour fêter le succès de sa première tragédie, les convives du banquet sont invités à prononcer un discours sur l’amour.
La lecture de Marie-Claire Galpérine s’attache à souligner les déplacements subtils de la pensée de Platon et, suivant pas à pas le cheminement dialectique de Socrate, les renversements majeurs que le philosophe opère dans la compréhension de ce qu’est l’amour.
Reprenant le mythe platonicien de la naissance d’Éros, fruit de l’union fugitive entre une vagabonde et un dieu, elle renouvelle sur plus d’un point décisif l’approche du Banquet. En fait Éros tient en partie sa nature de son aïeule divine Mètis que l’interprétation traditionnelle a généralement occultée. À travers la présence de Mètis, la pensée première, l’intelligence rusée, Platon nous fait entendre ce qu’est ce « nouveau visage de l’Amour ».

Revue de presse

Choisir, juillet 1996, par P. Casadebaig

Cette brochure destinée à un large public constitue surtout une célébration de la lecture du Banquet, invitant à la faire ou à la refaire. La célébration ressortit plutôt à l’office de la rhétorique, mais elle peut avoir aussi, et c’est le cas en l’occurrence, une valeur protreptique. L’auteur, connue des spécialistes pour ses travaux sur la philosophie... Lire la suite

Le Monde, 29 mars 1996

C’est le mérite des œuvres immortelles, des œuvres-sources, de susciter toujours de nouveaux lecteurs et d’apparaître à leurs yeux comme des œuvres vives. Ainsi du Banquet de Platon. La séparation entre spécialistes universitaires et simples amateurs ou amoureux des textes est arbitraire. Cette magnifique leçon de lecture du Banquet, donnée par une helléniste distinguée, spécialiste du néoplatonicien Damascius – dont elle... Lire la suite

Libération, 2 mai 1996, par Marc Ragon

L’amour est enfant de Socrate

Auteur d’une traduction critique des Premiers Principes de Damascius, Marie-Claire Galpérine fait entendre autrement la parole de Socrate quand, dans le texte du Banquet, il expose sa propre version de la naissance d’Éros. Socrate rappelle que Métis est l’aïeule d’Éros. « Grande divinité primordiale, fille d’0céan, Métis apparaît à l’origine du monde comme la pensée... Lire la suite