les_ailes_de_plomb
Les Ailes de plomb
Milan, 15 décembre 1969

Terra d’altri

Traduit de l’italien par Philippe Audegean et Jean-Claude Zancarini. Préface de Martin Rueff et Jean-Claude Zancarini

256 p.

19,00 €

ISBN : 978-2-86432-618-2

Parution : octobre 2010

Dans Les Ailes de plomb, Adriano Sofri revient sur la nuit du 15 décembre 1969 où Pinelli, anarchiste milanais, tomba de la fenêtre du commissariat dans lequel il était interrogé pour le massacre de la piazza Fontana. L’attentat qui avait eu lieu l’après-midi même avait tué seize personnes et fait quatre-vingt-huit blessés. On considère que la mort de Pinelli est à l’origine de l’assassinat du commissaire Calabresi dont Adriano Sofri a été accusé (en tant que commanditaire).

Le livre de Sofri est une reconstitution très minutieuse de cette journée et de ses contextes. Ce reportage dramatique qui mobilise toutes sortes de preuves est un livre d’écrivain. Sofri y interroge la langue de l’époque : la langue de l’émancipation, celle de l’insurrection. Il ne cesse de se demander : que valait-elle ? Que peut-elle valoir aujourd’hui ?

Le témoignage de Sofri est de nature à intéresser le lecteur français soucieux de comprendre ce qui a pu se passer alors en Italie et qui a donné lieu à l’une des périodes les plus sanglantes de l’après-guerre. Car son récit ne vaut pas pour les seuls protagonistes de cette ténébreuse affaire – il jette son clair-obscur sur un événement majeur de l’histoire récente italienne, sur sa postérité, sur sa valeur de paradigme historique et, par-delà, sur les relations qu’entretient encore l’Italie avec cette période où les rêves d’émancipation qui  traversaient l’Europe ont pris dans ce pays une tournure dramatique.

En empêchant que la fenêtre de l’histoire ne se referme trop vite sur la mort de Pinelli, c’est bien sur notre présent qu’Adriano Sofri entrebâille les battants de son écriture.

Revue de presse

La Liberté, 29 janvier 2011, par Alain Favarger

Une ténébreuse affaire, par Adriano Sofri

Ancien leader de « Lotta continua », groupe d’extrême gauche né des luttes ouvrières et étudiantes des années 60, Adriano Sofri a été accusé sur dénonciation en 1988 d’avoir fait tuer le commissaire Calabresi, mort en 1972. Avec ses coaccusés, Sofri fut alors condamné à vingt-deux ans de prison. Il vit... Lire la suite

Politis, 9 décembre 2010, par Olivier Doubre

« La nuit où mourut Pinelli… »

Milan, vendredi 12 décembre 1969, 16h37. Une bombe – déposée par des néofascistes manipulés par une frange des services secrets italiens liée à la CIA – explose dans le hall de la Banque de l’agriculture, qui borde la piazza Fontana, à deux pas du célèbre Duomo. Bilan : 17 morts et... Lire la suite

Rencontre « L’Italie des années 1970 », au Reid Hall (Paris, VIe), 9 novembre 2010

L’une des voix les plus fortes

par Jacqueline Risset

L’intelligence d’historien et d’écrivain qui est celle d’Adriano Sofri, son courage civil et sa générosité humaine se manifestent une fois de plus dans ces Ailes de Plomb présentées aujourd’hui par Martin Rueff et Jean-Claude Zancarini. Ce que ce livre propose est non seulement un récit de... Lire la suite

Rencontre « L’Italie des années 1970 », au Reid Hall (Paris, VIe), 9 novembre 2010

Le juge, l’historien, le politique

par Philippe Audegean

Au cours de la nuit du 15 au 16 décembre 1969, Giuseppe Pinelli, entendu par la police dans le cadre de l’enquête sur l’attentat à la bombe de Piazza Fontana survenu trois jours plus tôt, a été retrouvé agonisant après une chute du quatrième étage de la préfecture... Lire la suite

Radio et télévision

« Entre les lignes », par Christine Gonzalez et Jean-Marie Félix, Radio suisse romande, 19 janvier 2011, 11-12 heures.