mourir_et_puis_sauter_sur_son_cheval
Mourir et puis sauter sur son cheval

Collection jaune

96 p.

11,50 €

Epub : 7,99 €

PDF : 7,99 €

ISBN : 978-2-86432-847-6

Parution : janvier 2016

Daily Express, 4 septembre 1945 : « Personne ne sait encore pourquoi Sonia A., une artiste espagnole de vingt-trois ans, a chuté mortellement de 80 pieds sur le pavé de Queensway, Bayswater. Hier matin, elle a passé un appel téléphonique depuis l’immeuble. Quelques minutes plus tard, elle gisait nue et mourante
dans la rue. »

 

Quand on a vécu son enfance dans une absolue liberté et que l’entrée dans l’âge adulte ne s’est assortie d’aucun harnais, d’aucune obligation ni désir
de servir, de consacrer les bonnes heures du jour au travail, aux soins des enfants ou des animaux, alors la faim de liberté se déplace, elle mute, elle trouve aussitôt d’autres murs à quoi se heurter, d’autres insuffisances : la société, bien sûr, la liberté qu’on n’a pas d’y faire ceci, d’y être cela, mais aussi la limitation du corps et la limitation de l’esprit. Poursuivant un désir à quoi rien ne saurait répondre, Sonia amorce un envol qui n’aura pas de fin.

 

Cet ouvrage a reçu le Prix Michel-Dentan 2016.

Extrait

 

Revue de presse

Le Temps, 19 mai 2016, par Éléonore Sulser

«Se mettre à la place de l’autre est difficile»

Mourir et puis sauter sur son cheval vaut à David Bosc, l’auteur de La Claire Fontaine, le Prix Michel Dentan 2016, la plus belle des distinctions romandes. Il la reçoit ce jeudi.

David Bosc a déjà parcouru « la piste aux étoiles » – l’expression est de... Lire la suite

Transfuge, mai 2016, par François Bégaudeau

Si d’un individu vous commencez la biographie par son suicide, vous savez ce que vous obtiendrez : que  par effet rétroactif l’aura sépulcrale de cette fin rejaillisse sur chaque moment antérieur ; que  les faits les plus anodins contiennent et annoncent en quelque manière ce dénouement tragique ; que  chaque détail soit commué en augure,... Lire la suite

Revue des deux mondes, mai 2016, par Bertrand Raison

Au départ de ce récit, deux entrefilets de la presse anglaise rapportant le suicide de Sonia A., artiste espagnole de 23 ans, morte au pied d’un immeuble londonien, le 3 septembre 1945. Hormis l’évocation de cet effondrement dans les carnets du poète égyptien Georges Henein, il ne reste quasiment pas d’autre trace de celle qui,... Lire la suite

La Plume au vent (bulletin de la Société de lecture de Genève), mai 2016

Sonia Araquistain, jeune artiste de 23 ans, fille de l’ancien ambassadeur d’Espagne en Grande-Bretagne, se jette d’une fenêtre en criant: « Nous ferons avec les oiseaux une race d’immortels »  et s’écrase sur les pavés londoniens en septembre 1945. Cet acte fulgurant, relevé par le poète surréaliste Georges Henein qui proteste contre le procès intenté à... Lire la suite

Le Phare, mai 2016, par Isabelle Rüf

Une phrase d’Ossip Mandelstam pour un récit à bride abattue : après avoir retracé les derniers jours de Courbet, héros heureux de La Claire Fontaine, David Bosc s’attache à une figure véridique, mais dont on sait peu de choses, hormis son suicide éclatant, à Londres en 1945. Sonia Araquistain a 23 ans quand elle se jette... Lire la suite

Le Devoir, 2 avril 2016, par Guylaine Massoutre

Ces obscurs objets du désir

Lire l’article

L’Humanité, 10 mars 2016, par Sophie Joubert

Sonia A., comme un cheval au galop

Après son livre sur Courbet, La Claire Fontaine, David Bosc signe un roman poème sur une artiste espagnole suicidée en 1945.

De Sonia A., il ne reste qu’une photographie, publiée à sa mort par le Daily Express. L’artiste espagnole, âgée de vingt-trois ans, s’est jetée nue par... Lire la suite

Le Magazine littéraire, mars 2016, par Camille Thomine

Se jeter à corps perdu

Après avoir transfiguré les derniers jours de Gustave Courbet, David Bosc donne voix à une jeune femme défenestrée, danseuse aussi ardente que tourmentée. Encore une fois un texte de peintre.

De la littérature comme plongeoir… Chez David Bosc, on entre dans les livres par un saut de l’ange. De... Lire la suite

Le Monde des livres, 18 février 2016, par Amaury da Cunha

L’envol de Sonia A.

Londres, 1945. Le suicide d’une jeune artiste alimente les faits divers. Avec délicatesse, David Bosc restitue sa voix et son désir de liberté.

À l’origine du dernier récit de David Bosc, un fait divers lointain, de ceux qu’affectionnait Stendhal – comme un « petit fait vrai ». A la fin... Lire la suite

Sud-Ouest, 14 février 2016, par Yves Harté

Mourir pour vivre autrement

D’une mort mystérieuse, il tire la vie rêvée d’une jeune femme sans limite

À qui sert-il d’être belle, libre et sauvage dans une ville comme Londres, un 4 septembre 1945, à quoi cela sert-il, si personne ne peut croire que vous pouvez voler ? Elle s’appelait Sonia Araquistain. Elle était... Lire la suite

Le Courrier, vendredi 12 février, par Maxime Maillard

Journal d’une prise d’envol

Lire l’article

Blog de la Librairie Ombres Blanches (Toulouse), 10 février 2016

Lire l’article

Le Matin Dimanche, 7 février 2016, par Michel Audétat

David Bosc fait danser « le serpent de la langue »

David Bosc met des mots sur des faiseurs d’images. Son précédent roman, La claire fontaine, accompagnait le peintre Gustave Courbet dans son exil au bord du Léman et laissait s’écouler une prose si pure qu’on a été enchanté de boire à cette fontaine-là. De... Lire la suite

24 heures, 26 janvier 2016, par Boris Senff

L’envol d’une femme trop libre à la fin de la guerre

Avec Mourir et puis sauter sur son cheval, David Bosc se penche sur un destin singulier.

Lire l’article

Actualitté, 19 janvier 2016, par Félicia-France Doumayrenc

Le carnet de rêves de David Bosc : le suicide de l’artiste

Lire l’article

Le Clavier Cannibale, 18 janvier 2016, par Claro

Le rythme comme contrepoison : quand Bosc fait danser les douleurs

Lire l’article

Le Temps, 14 janvier 2016, par Éléonore Sulser

Sauter par la fenêtre 
et écrire un livre incandescent

David Bosc invente les derniers jours d’une artiste espagnole, Sonia Araquistáin, retrouvée suicidée sur le pavé londonien, dévorée par l’amour de la liberté.

Lire l’article

Lire, 13 janvier 2016, par Baptiste Liger

Laisse tomber les filles

Le vrai-faux journal d’une artiste fascinée par les rêves, la langue et les animaux.

Quitte à passer de vie à trépas, autant qu’il y ait des spectateurs. Ainsi, « on ne meurt jamais que devant témoin, afin que l’ordre du monde ne soit pas renversé ». Cela permet également de... Lire la suite

Libération, 8 janvier 2016, par Frédérique Roussel

Linceul de papier

Lire l’article

L’Hebdo, 7 janvier 2016, par Julien Burri

Dans Mourir et puis sauter sur son cheval, le romancier David Bosc met en scène une femme scandaleusement libre.

Après le brillant récit La Claire Fontaine, paru en 2013, qui racontait les années suisses du peintre Gustave Courbet, David Bosc s’inspire cette fois d’une Anglaise anonyme. Une femme de 23 ans qui s’est suicidée... Lire la suite

Charybde 27 : le blog, 7 janvier 2016, par Marianne Loing

La trajectoire et la chute insensées d’une poète pour évoquer le désir et le refus absolu de se conformer.

Lire l’article

Le Matricule des anges, janvier 2016, par Christine Plantec

Les souffrances de la jeune Sonia A.

Après un récit dédié au peintre Courbet (La Claire Fontaine), David Bosc revient sur le genre biographique en consacrant Mourir et puis sauter sur son cheval à Sonia Araquistain, jeune peintre qui se suicida) Londres en septembre 1945. À l’origine du projet d’écriture : un passage des carnets... Lire la suite

Radio et télévision

« La Dispute », coup de cœur de Elisabeth Franck-Dumas (à 32:40), France Culture, 12 février 2016.

« Les glaneurs », chronique de Philippe Marczewski (à 2860 secondes), Musiq3 (RTBF), 11 février 2016.

« La Librairie francophone », par Emmanuel Khérad, France Inter, 6 février 2016.

« Zone critique », coup de cœur de Julien Burri (à 52:50), Espace 2 (RTS), 31 janvier 2016.

« Les Bonnes feuilles », avec la collaboration d’Anne-Vanessa Prévost, France Culture, 15 janvier 2016.

« Entre les lignes », par Jean-Marie Félix avec Anik Schuin, Espace 2 (RTS), 13 janvier 2016.

« Zone critique », par Anik Schuin, chroniques de Geneviève Bridel (RTS), Michel Audétat (Le Matin Dimanche) et Eléonore Sulser (Le Temps) , Espace 2 (RTS), 8 janvier 2016.

« Les Nouvelles vagues », par Marie Richeux, France Culture, 7 janvier 2016.

« Le Temps des libraires », par Sadou Czapka de la librairie Regain, à Reillanne, France Culture, 5 janvier 2016.