Opium pour Ovide
Notes de chevet sur vingt-deux femmes

Der Doppelgänger

Récits. Traduit de l’allemand (Japon) par Bernard Banoun

208 p.

12,18 €

ISBN : 978-2-86432-350-1

Parution : septembre 2002

Dans le décor ultra-contemporain d’une grande ville moderne, Hambourg, se croisent les destins de 22 femmes d’aujourd’hui auxquelles Yoko Tawada a voulu donner des noms repris aux Métamorphoses d’Ovide, car leurs expériences rejoignent en profondeur la fragilité de l’âme et du corps qui fascinait déjà le poète antique.
La romancière se sert de scènes très quotidiennes pour éclairer le passé, les obsessions, la situation sociale de ses personnages, leurs bonheurs et leurs malheurs, avec cette souveraine objectivité du regard et ce détachement que Roland Barthes, dans L’Empire des signes, tenait pour l’une des qualités majeures de la tradition littéraire japonaise. Plongeant dans les rêves et la matérialité des corps, décrivant de l’intérieur les blessures qu’inflige le réel, cette écriture se situe dans la double tradition des Notes de chevet de Sei-Shônagon et des écrivains occidentaux qui ont raconté leur expérience de la drogue (de Thomas De Quincey à Michaux).
Yoko Tawada, née en 1960 à Tokyo, et qui écrit tantôt en allemand, tantôt en japonais, nous livre ici une superbe leçon d’art et de vie.

Extrait

Léda entra dans la baignoire. La porte de la salle de bains était fermée. Léda avait les deux bras paralysés. Cela l’empêchait de se laver, mais elle refusait l’aide d’autrui. Elle ne voulait plus montrer son corps nu, disait-elle, il n’en valait plus la peine. Bien plus tard, une question me vient à l’esprit : on désire plus une vieille maison qu’une maison neuve ; on admire plus souvent un arbre tricentenaire qu’un arbre de trois ans ; plus une théière, un livre et une maison sont anciens, plus on est sensible à leur beauté. Pourquoi en irait-il autrement des humains ?

Revue de presse

L’Humanité, 9 janvier 2002, par Alain Nicolas

Femmes dans tous leurs états

Inspirés par les Métamorphoses d’Ovide, des portraits de femmes aux identités flottantes.

Tout récit est peut-être celui d’une métamorphose. Ovide, pour avoir compris que l’ordre établi par l’empereur Auguste n’était pas le retour à l’âge d’or, fut exilé aux confins de l’empire et y mourut. Pour lui, la métamorphose... Lire la suite

La Marseillaise, 4 mai 2003, par Claudine Galéa

Yoko Tawada : narration originale

Japonaise installée en Allemagne, Yoko Tawada écrit de drôles de récits aux allures oniriques, mais aux ingrédients fichtrement ancrés dans le réel.

Ses héroïnes – exclusivement féminines – ont des prénoms empruntés à Ovide, celui des Métamorphoses, et elles héritent de certains de leurs attributs. Léda, Junon (à la jalousie acide), Echo, Sémélé... Lire la suite