Papillon de neige

Collection jaune

Journal 1939-1942. Préface de Maurice Nadeau

112 p.

14,00 €

ISBN : 978-2-86432-006-7

Parution : mars 1980

J’écris, je suis à la recherche d’un mouvement poétique où respire et s’impose la vérité que j’entrevois. D’où vient que je ne peux ouvrir un livre sans y trouver une page qui donne à mon pressentiment une chance supplémentaire d’éclore ?
J’ai baptisé cet afflux l’être en liberté ! Ce que le ciel vient éclairer entre nos mains, ce reflet qui, dans le sable creusé, est comme un grand papillon de neige sur les mains des enfants.
Ce que je vois ou ce que j’ai entre les mains se nie au profit de ce qui veut être. Tout ce que je regarde soudain est fauché d’un coup d’aile. Le papillon de nuit se pose sur les choses laissant dans mes regards des ailes d’air pur.

Revue de presse

Le Monde, 9 mai 1980, par François Bott

La magie de la littérature

Les éditions Verdier publient, avec une préface de Maurice Nadeau, le journal qu’il a tenu de 1939 à 1942. On se trouve aussitôt dans un rapport d’amitié avec ce texte. « Sous la pression des nouvelles internationales, dit Joë Bousquet, la vie s’éclaire, se révèle dans sa grandeur menacée. J’apprends à... Lire la suite

Libération, 7 mai 1980, par Gérard Mordillat

Tout le monde connaît le journal Intimité, tout le monde connaît aussi le journal intime (ce cahier soigné qu’on cache sous l’oreiller, dans un tiroir ou sous le plancher). On peut en conclure que, bien que « secrète », l’intime-intimité est une affaire d’information. Un groupe de presse même ; aussi puissant que les plus grands, si l’on recense tous... Lire la suite

Le Magazine littéraire, septembre 1980, par Hubert Juin

Le journalier de Bousquet

Nous n’en aurons jamais fini de parler de Joë Bousquet ! Nous n’en viendrons jamais à bout, – et c’est tant mieux ! Cet homme-là (qui fut l’écrivain le plus déterminé, celui qui connut au plus proche la solitude des mots) persiste à nous questionner. C’est-à-dire : à prétendre que nos réponses sont l’espace même de... Lire la suite

Europe, septembre 1980, par Pierre Gamarra

La littérature de la vie

La figure de Joë Bousquet – et je mets dans ce mot de figure un visage d’homme et un visage d’écrivain, inséparables – n’a cessé depuis trente ans d’affirmer sa présence parmi nous, c’est-à-dire dans un public de plus en plus nombreux. « Il est en mouvement de perpétuelle découverte », dit très justement Maurice Nadeau... Lire la suite