platon_et_l_europe
Platon et l’Europe

Philosophie

Traduit du tchèque par Érika Abrams

320 p.

19,27 €

ISBN : 978-2-86432-024-1

Parution : avril 1983

Dans cet ouvrage, Jan Patocka nous propose un cheminement, une « tentative d’introduction aux questions générales d’orientation dans la situation présente du monde ».
Remontant aux fondements spirituels de l’Europe et aux racines mêmes de la métaphysique chez Platon, il met le thème platonicien du soin de l’âme en parallèle avec la méthode de la phénoménologie de Husserl et le questionnement renouvelé par la pensée de Heidegger. Il s’interroge à la fois sur notre héritage et sur notre avenir.
La fin de la philosophie est-elle possible ?
La philosophie – non pas celle qui s’est rendue tributaire de la science ou de la praxis révolutionnaire, mais celle des « hommes pris à la gorge par la nécessité vitale de s’expliquer avec la détresse fondamentale de la vie », l’aspiration vers la « vie bonne » dont l’Europe est issue – n’est-elle pas à même de nous fournir, aujourd’hui encore, un appui et une arme contre le déclin ? N’y-a-t-il pas un autre « engagement » que celui qui, se cantonnant dans le domaine du quotidien, s’égare fatalement, victime de prophètes antithétiques ?
S’interroger sur le sens et les possibilités de la philosophie, c’est s’interroger sur le rôle qui pourra encore revenir à l’Europe dans l’histoire. Le message de Patocka est fait de lucidité et d’espoir.

Revue de presse

Libération, 31 mai 1983, par Paul Veyne

Si on lisait le livre de Jan Patocka, Platon et l’Europe sans savoir d’où il sort, on se dirait : c’est une mise en rapport, originale ou bien rhétorique, du platonisrne et de la phénoménologie. Intéressant, en tout cas. Très bon exposé, souvent profond, des grandes philosophies de jadis ou d’hier. À recommander chaudement aux étudiants... Lire la suite

Le Nouvel Observateur, 24 juin 1983, par Olivier Mongin

Face à l’hydre totalitaire, au gel politique des sociétés de l’Est, ce qu’il nous reste de l’Europe occidentale et des vertus de la démocratie tend à se replier sur soi, à se prostrer, au risque d’instituer un blocus idéologique entre l’Est et l’Ouest, entre le « mauvais » totalitarisme et la « bonne » démocratie ; comme si l’Est ne... Lire la suite

Le Figaro, 12 juin 1983, par Claude Jannoud

Il ne faut pas se laisser égarer par la consonance inactuelle du titre de ce livre. C’est bien du destin de l’Europe d’aujourd’hui et de son aventure dont l’auteur nous parle, même si pour le faire, il remonte aux origines. Et dans quel contexte ! Jan Patocka appartient à la race des philosophes maudits. Ce brillant... Lire la suite

La Nouvelle Revue française, septembre 1983, par Francis Wybrands

« Que les plus grands ébranlements ne datent pas d’hier, ne sont pas dans ces danses agitées autour des tabous démasqués. Que la vérité vient de loin et que c’est voir de travers que de la voir seulement comme l’œuvre de l’homme, bien qu’elle ait son site justement dans l’homme », telle serait l’une des leçons que... Lire la suite