Voyage terrestre et céleste de Simone Martini

Terra d’altri

Poésie. Traduit et préfacé par Bernard Simeone

208 p.

18,77 €

ISBN : 978-2-86432-206-1

Parution : septembre 1995

À 80 ans, l’un des poètes majeurs de notre époque nous offre son livre le plus généreux, le mieux accordé à cette métamorphose du vivant qu’il n’aura cessé d’entendre au cœur du monde. Un tel sommet poétique n’exclut pas une ample narration : en choisissant, dans l’univers de Sienne, ville de son enfance et de sa prime adolescence, le personnage du peintre Simone Martini, c’est le passage douloureux du Moyen Âge à la Renaissance que le poète toscan ressuscite et rend infiniment actuel.

Au terme de sa vie, Simone Martini rentre d’Avignon – où il fut l’ami de Pétrarque – à Sienne, sa ville natale. Sur un mur du Palais public l’attend cette Maestà, cette Vierge en majesté, qu’il peignit en pleine jeunesse et qu’il veut revoir, maintenant qu’elle s’est détachée de lui : en elle se trouve peut-être une vérité qui rendra plus supportable l’adieu.

Mais, comme toute traversée véritable, ce voyage, invention poétique non certifiée par l’Histoire, sera plus important que son terme.

Célébration, récit, théâtre intérieur, cosmogonie, tout converge en un immense poème opératique où le chant paraît à nouveau possible sans que s’atténue l’évidence du déchirement. Ici, la poésie grandit contre elle-même pour se rendre digne du réel.

Extrait

Où me conduis-tu, mon art ?

Dans quel lieu

retiré, désert,

tout à coup me décoches-tu ?

 

Dans quel paradis de salut,

de liberté, de lumière,

par enchantement, art, m’escortes-tu ?

 

Mien ? Il n’est pas mien, cet art,

je le pratique, je l’affine,

j’ouvre pour lui les réserves,

humaines, de douleur,

pour moi il prépare,

divines, celles d’ardeur,

de contemplation,

dans les cieux où je m’engage…

 

Oh mon indéchiffrable conditio,

mon insoutenable incarnation !

Revue de presse

Le Monde, 5 janvier 1996, par René de Ceccatty

Mario Luzi poète en quête de l’« esprit limier »

Toute l’œuvre de ce Florentin octogénaire célèbre au-delà des Alpes, est un dialogue avec l’invisible et une spiritualité innommable. Le voici sur les traces du peintre siennois Simone Martini. Pour un voyage « aux sources de l’art, de la vie »…

Ironiquement, le poète vénitien Giacomo Noventa écrivait :... Lire la suite

Le Matricule des anges, février-avril 1996, par Marc Blanchet

Dans le Petit Palais d’Avignon, la voix grave et profonde du poète italien Mario Luzi s’élève, déclamant avec douceur et suavité le poème Simone, extrait de son nouveau recueil : Voyage terrestre et céleste de Simone Martini.

Les différents genres littéraires abordés par Mario Luzi (théâtre, poésie, récit, portraits) se retrouvent dans ce long poème... Lire la suite