Cesare Viviani

Cesare Viviani est né à Sienne en 1947. Il vit à Milan, où il exerce la psychanalyse.

Cesare Viviani a publié quelques récits et plusieurs ouvrages de théorie littéraire. L’essentiel de son œuvre est constitué de dix recueils poétiques, chacun d’eux témoignant d’une forte évolution et d’une totale spécificité (les ouvrages des années 1970 étant encore marqués par une certaine proximité avec la néo-avant-garde) :

L’ostrabismo cara (L’ostrabisme ma chère), Feltrinelli, 1973

Piumana, Guanda, 1977

L’amore delle parti (L’Amour des rôles), Mondadori, 1981

Summulae, All’insegna del pesce d’oro, 1983

Merisi, Mondadori, 1986

Preghiera del nome (Prière du nom), Mondadori, 1990

L’opera lasciata sola (L’œuvre laissée seule), Mondadori, 1993

Cori non io (Des chœurs, pas moi), Crocetti, 1994, qui regroupe des poèmes écrits entre 1975 et 1977

Una comunità degli animi (Une communauté des âmes), Mondadori, 1997

Silenzio dell’universo (Silence de l’univers), Einaudi, 2000

Il a publié en 1998, aux éditions Il Saggiatore, un important recueil d’essais : Il mondo non è uno spettacolo (Le monde n’est pas un spectacle), sous-titré Riflessioni di etica e di poetica (Réflexions d’éthique et de poétique).

Certains de ses poèmes ont été traduits en français dans diverses revues, comme Change, Sud et Action poétique, ainsi que dans l’anthologie bilingue Lingua, la jeune poésie italienne dirigée par Bernard Simeone au Temps qu’il fait (1995).

Aux éditions Verdier

Prix

Prix Viareggio, 1990 (Preghiera del nome)