la_convocation_d_alamut
La Convocation d’Alamût
Rawdat al-taslîm (Le Jardin de la vraie foi)

Islam spirituel

Somme de philosophie ismaélienne. Traduction du persan, introduction et notes par Christian Jambet. Ouvrage publié en coédition avec les Éditions de l’Unesco

384 p.

28,60 €

ISBN : 978-2-86432-242-9

Parution : décembre 1996

Homme politique, astronome et mathématicien persan, Nasîroddîn Tûsî (1201-1274) fut également l’un des philosophes les plus importants de l’islam classique. Sa vie, comme son œuvre, s’ordonne selon deux grandes périodes.
La première est contemporaine de la réforme introduite dans le shî’isme ismaélien par les imâms d’Alamût. Converti à l’ismaélisme, Nasîroddîn Tûsî rédigea, à l’usage de ses amis, deux œuvres majeures ; L’Éthique dédiée à Nâsîr et le Commentaire des ishârât d’Avicenne. Il faut y joindre le présent traité, Rawdat al-taslîm, littéralement « le jardin de la soumission » – soumission à la vraie foi, c’est-à-dire au Résurrecteur proclamé par la communauté ismaélienne. Cet ouvrage constitue le témoignage essentiel le plus complet sur l’événement « messianique » d’Alamût.
Après la prise d’Alamût par les Mongols, puis celle de Bagdad par Hûlâgû Khân (1258), Nasîroddîn Tûsî devint le plus grand des intellectuels du shî’isme duodécimain de son temps, fondant le Kalâm shî’ite et fusionnant l’avicennisme, la gnose illuminative de Sohravardî, et l’enseignement dogmatique du shî’isme.

Revue de presse

Libération, 13 février 1997, par Maati Kabbal

Le messie d’Alamût

Depuis l’assassinat d’Ali, quatrième calife et imâm spirituel des chutes, les luttes de succession ont bien souvent débouché sur de sanglantes sécessions. L’ismaélisme, l’un des schismes chiites les plus radicaux, qui donna naissance plus tard à la secte des Hashâchîn, Assassins, en offre l’exemple. L’autre branche restera attachée au chiisme duodécimain dit... Lire la suite