Les Âmes mortes

Verdier/poche

Traduit du russe
par Anne Coldefy-Faucard

384 p.

10,00 €

ISBN : 978-2-86432-590-1

Parution : novembre 2009

Grands et petits fonctionnaires qui n’ont d’existence que par leurs fonctions, mégères castratrices ou femmes idéales sur papier glacé, figures d’hommes persuadés de « peser » sur la vie et le monde mais toujours en rivalité avec d’autres qui ont encore « plus de poids », menteurs et arnaqueurs, parfois non dénués de talent, tels sont les personnages de Nikolaï Gogol.
Le décor de ses textes, car il s’agit bien d’un décor, n’est guère plus réjouissant : une métropole qui a poussé comme un champignon en un lieu insalubre et qui écrase l’individu, l’acculant à la mort ou à la folie ; un territoire immense, sorte de gigantesque fondrière dans laquelle il est aisé de s’enliser et pourtant traversée par un véhicule qui file à vive allure : où va-t-il ainsi ? Vers quoi ? Pas de réponse…
L’ensemble paraît dramatique, sinon désespéré. Or, le mot, la phrase de Gogol font rire. Rire absurde, grotesque, qui peut être méchant ou débonnaire. Sous la plume de l’écrivain, les perspectives s’inversent, le grand se fait insignifiant, l’insignifiant se fait grand, l’humanité se désincarne ou part en morceaux. Comme l’avait bien vu Nabokov, entre le comique et le cosmique il n’y a chez Gogol qu’une lettre de différence…
La traduction d’Anne Coldefy-Faucard parue en 2005, revue pour cette nouvelle édition, restitue le texte original dans son intégralité et en donne toute la saveur stylistique.