L’Histoire de l’art et la ville

Art, architecture, cinéma

224 p.

27,38 €

ISBN : 978-2-86432-925-9

Parution : janvier 1995

Paru aux éditions de la Passion

 

Dans cet ouvrage fondamental, la position théorique et la recherche critique de l’historien de l’art Giulio Carlo Argan, portent sur l’analyse de l’identité de l’art et de la ville.
Si l’histoire de l’art est l’histoire d’une phénoménologie complexe d’objets produits selon les techniques liées à l’artisanat, constituant ainsi la dimension spatiale et temporelle qu’est la ville, Argan en déduit logiquement que s’occuper de l’art signifie s’occuper du lieu urbain.
De même, si la crise de l’art (crise à laquelle Argan a consacré des pages mémorables) est la crise de la ville, il faut alors admettre que la solution ne peut plus être, dans un sens étymologique, que politique.
Constatant la fin d’un système technique qui est le système des arts, Argan estime que l’on ne peut continuer dans notre société à promouvoir une expérience esthétique sans porter son intérêt vers le graphisme, le design, l’urbanisme, ou bien encore vers les outils de la communication de masse.

Revue de presse

Urbanisme, par Thierry Paquot

Peut-on écrire, ou raconter, une histoire de l’art ? L’art n’est-il pas toujours présent ? Argan discute les thèses de Venturi, de Panofsky, de Croce, revient sur Kant, Hegel et Wölfflin, et tente d’élaborer sa propre histoire critique de l’art sans cesse articulée à la biographie de l’artiste et à l’histoire des conditions de la création. Ambitieux... Lire la suite

L’Architecture d’aujourd’hui, par Jean-Claude Garcias

[…] L’Histoire de l’art et la ville reprend Storia dell’arte come storia della città de 1983, qui regroupait des articles publiés de 1969 à 1982 : soit, pour le lecteur français un « retard » d’une génération dans le premier cas, de trois lustres dans le second. À la différence des légumes et de la mode, l’intelligence et la culture restent éternellement... Lire la suite