Espace et labyrinthes

Slovo

Récits. Traduit du russe par Hélène Châtelain

256 p.

18,80 €

ISBN : 978-2-86432-662-5

Parution : mars 2012

Chacun de ces récits est un voyage vers un lieu obstinément déplacé, décentré : la source introuvable de la Volga, les espaces infinis des steppes de l’Asie centrale où la Russie européenne se perd dans les méandres des civilisations asiatiques. Touva, aux confins de la Mongolie, terre de chamans où se mêlent les croyances et les langues. Tchevengour – ville mythique de l’ingénieur-écrivain Platonov tournée vers la Caspienne – qui, écrit Golovanov, lui a rendu tout renoncement impossible.
Les espaces improbables de Klebnikov, le poète errant.
Ou encore, entre Moscou et Saint-Pétersbourg, conçu par le père de Bakounine, le parc de Priamoukhino que tente de sauver la nouvelle génération anarchiste.
Ces six récits prolongent la double interrogation qui court dans les écrits de Vassili Golovanov : l’exploration des espaces de la langue et de la terre, l’une et l’autre liées par une filiation secrète et complexe, et le souci de la transmission de ce qui fut à ce qui vient.

Extrait

Dans la vie paysanne, il y avait autrefois une période heureuse : la brève vingtaine de jours de l’été indien. Une fois les innombrables travaux d’été accomplis, et les brûlis des champs éteints, revenait le temps des longues veillées : dans la journée, le travail était facile et agréable, on rangeait les ruches, on débitait les choux ou simplement on partait à la cueillette des noisettes dans la forêt. Quand il ne restait plus ni champignons ni noisettes à ramasser, et qu’au-dessus des lacs, dans les forêts, régnait soudain une beauté apaisée que la nature savourait tel un peintre qui, devant l’ouvrage accompli, peut un moment ranger ses pinceaux, venait alors le temps des fêtes : celle de l’archange Mikhaïl, celle d’Avtoname, et aussi celle de Cornélius après laquelle toutes les racines transies de froid dans la terre ne poussent plus. Mais le 21  septembre, c’était la nativité de Marie et jour de fête dans tous les villages comme à Novostroï. J’y avais un ami, et nous avions maintes fois projeté d’immortaliser l’une de ces réjouissances villageoises qui avaient conservé les gestes et les rites paysans, mais à chaque fois nous remettions ce projet à plus tard, jusqu’au moment où il est devenu évident que si nous traînions davantage, il n’y aurait plus personne ni à interroger ni même à filmer.

Revue de presse

Site de la Librairie Compagnie (Paris 5e), mars 2012

L’avis du libraire

Lire l’article

Théâtre et balagan, blog de Rue 89, 22 mars 2012, par Jean-Pierre Thibaudat

Lire l’article

La Liberté, 7 avril 2012, par Alain Favarger

L’humeur vagabonde de Golovanov

Errance. Dans une suite de récits solaires, Vassili Golovanov nous entraîne dans ses voyages intérieurs. À la découverte de la Russie profonde, au charme inaltérable.

Avec le printemps revient l’humeur vagabonde. Le désir de filer au large, de respirer l’air du renouveau. D’étreindre les matins du monde. Dans une écriture... Lire la suite

La Croix, 19 avril 2012, par Arnaud Schwartz

Vassili Golovanov, cartographe du sens

S’appuyant sur Éloge des voyages insensés, injustement ignoré des médias, les éditions Verdier publient Espace et Labyrinthes, deuxième ouvrage époustouflant de Vassili Golovanov.

Cette histoire-là débute par un livre fou, Éloge des voyages insensés, écrit par un homme qui ne voulait pas le devenir. Un homme perdu en lui-même et dans un pays sans boussole,... Lire la suite

Le Choix des libraires, 3 mai 2012, par Sébastien Balibas, Librairie Doucet (Le Mans)

Lire l’article

La Vie, 24 mai 2012, par M.C.

C’est un écrivain russe héritier d’une longue lignée d’intellectuels, d’un arrière-grand-père qui traduisit Dante dans la langue de Dostoïevski, d’un père journaliste scientifique et éminent voyageur. Érudit, nourri de Tolstoï, Faulkner et Borges mais aussi de philosophie et de science, Vassili Golovanov nous avait offert un époustouflant Éloge des voyages insensés en 2008 et récidive avec ces... Lire la suite

Mouvement, juillet 2012, par Jean-Louis Perrier

Mission Russie

Dans son écriture, Vassili Golovanov met la littérature à l’épreuve d’un désastre russe.

Les six récits d’Espace et Labyrinthes se disposent autour du maître-livre de Vassili Golovanov, Éloge des voyages insensés, comme une série d’excursions autour d’un site principal. L’écrivain russe pratique la littérature comme autant d’expéditions entre le terrain et la table. L’écriture s’appuie... Lire la suite

Études, juillet 2012, par Marie Goudot

Inclassable, le dernier livre de Vassili Golovanov l’est davantage que n’importe quel texte. Ni essai, ni récit de voyage, ou alors d’une manière absolument singulière. C’est que l’auteur s’y manifeste (tant d’expressions dont il qualifie d’autres écrivains pourraient lui convenir) comme un arpenteur de terres, un géographe métaphysique. Des dénominations froides ? Une œuvre savante ? Qu’on... Lire la suite

Le Nouvel Observateur, 9 août 2012, par Didier Jacob

De Moscou à Vladivostok : Russie, ton univers impitoyable

Le journaliste polonais Jacek Hugo-Bader et l’écrivain russe Vassili Golovanov ont sillonné la steppe à leurs risques et périls. Récit.

[…] La Russie éternelle ? Un mythe, pour Jacek Hugo-Bader, qui décrit, dans son extraordinaire journal de bord, les ruines d’un pays détruit par le communisme, au travers... Lire la suite

Site de la Librairie Livre aux trésors (Liège, Belgique), 26 octobre 2012, par Claire Nanty

Lire l’article

La Quinzaine littéraire, 1er janvier 2012, par Christian Mouze

L’espace intérieur russe

Deux écritures à la recherche de la vérité. C’est au mot pur et au langage glissant dans le conte fantastique que se rapporte d’abord Sigismund Krzyzanowski (lire : Krjijanovski). C’est à la Russie, son histoire, sa littérature, sa pensée, que se relie Vassili Golovanov.

Deux écritures, deux époques. Mais une unité de... Lire la suite

7e Prix Russophonie, Paris 2013

Chacun des six récits est un voyage vers un lieu décentré : la source introuvable de la Volga, les espaces infinis des steppes de l’Asie Centrale. Touva, aux confins de la Mongolie, terre de chamans où se mêlent les croyances et les langues. Tchevengour – ville mythique de l’ingénieur-écrivain Platonov, les espaces improbables de Khlebnikov, le poète errant... Lire la suite