Essais hérétiques
sur la philosophie de l’histoire

Verdier/poche

Traduit du tchèque par Érika Abrams. Préface de Paul Ricœur. Postface de Roman Jakobson. Édition révisée

256 p.

8,62 €

ISBN : 978-2-86432-497-3

Parution : mars 2007

Disciple de Husserl, Jan Patocka (1907-1977) a rédigé au terme de sa carrière ce magnifique essai qui reprend le débat ouvert entre Husserl et Heidegger sur le thème de la liberté.
L’histoire peut-elle avoir un sens ? Pour Patocka, la philosophie qui a conduit à l’idéalisme a échoué dans sa prétention à saisir la subjectivité dans son rapport au monde, c’est-à-dire précisément ce qui fonde l’histoire. Remontant aux origines de la philosophie européenne, il aborde alors les problèmes du choix, du souci de l’engagement, et de la violence.
La Charte 77 dont Jan Patocka fut le premier porte-parole, trouve ici une première tentative d’expression philosophique.

Revue de presse

Le Monde, 4 mai 2007, par Alexandra Laignel-Lavastine

Esprits d’Europe

Qu’est-ce qu’un intellectuel européen ? Selon le sociologue allemand Wolf Lepenies, qui s’est penché sur cette énigme au fil d’une passionnante série de cours dispensés en 1991-1992 à la chaire européenne du Collège de France, deux grands profils se dégagent. Depuis le XVIIe siècle, il y aurait, d’un côté, l’intellectuel conquérant et missionnaire dont l’activité... Lire la suite

Libération, 23 février 1982, par Odile Gandon

Entretien avec Érika Abrams, traductrice des Essais hérétiques. Propos recueillis par Odile Gandon.

Pouvez-vous retracer l’histoire de ce livre ? Comment est-il parvenu en France ?

Patocka, entre 1973 et 1975, avait été amené à faire des conférences qui allaient devenir la matière de cet ouvrage. Il a été publié en « samizdat » aux éditions Petlice en... Lire la suite

La Quinzaine littéraire, 1er février 1982, par Jean Lacoste

Jan Patocka a pris sa place après Comenius et Tomas Masaryk dans la tradition des philosophes et des défenseurs tchèques de la liberté, et rarement le nom de philosophe fut aussi honorablement porté. Patocka fut un des derniers étudiants de Husserl. Il contribua en particulier à l’organisation des conférences que Husserl fit à Prague à... Lire la suite

Le Matin de Paris, 12 février 1982, par Jean-Paul Dollé

Contre la servitude indéfinie, la « solidarité des ébranlés »

Jan Patocka est ce philosophe tchèque qui devint en 1977 le porte-parole du groupe des Droits de l’homme et du citoyen, pour la Charte 77, et qui mourut le 13 mars 1977 d’une crise cardiaque, à la suite d’interrogatoires policiers. Voilà ce que sait vaguement le... Lire la suite

Le Monde, 15 janvier 1982, par Alain Finkielkraut

Les idées ne circulent pas en Europe. Les moyens modernes de communication ont supprimé les frontières, aboli les distances, et rapproché, jusqu’à la quasi-instantanéité, l’événement de l’information qui en rend compte : ce qui fait, semble-t-il, de la planète un village. Mais ce gigantesque progrès technique s’accompagne d’une régression culturelle non moins spectaculaire. Il suffit que... Lire la suite