François Bon

Né à Luçon, en Vendée, en 1953. Père mécanicien-garagiste, mère institutrice. Après une école d’ingénieur à dominante mécanique (Arts et Métiers), François Bon se spécialise dans le soudage par faisceau d’électrons et travaille plusieurs années dans l’industrie aérospatiale et nucléaire, en France et à l’étranger (Moscou, Prague, Bombay, Göteborg, etc.). Publie en 1982 son premier livre aux éditions de Minuit (Sortie d’usine) et se consacre depuis lors à la littérature. Lauréat en 1984-1985 de l’Académie de France à Rome (Villa Médicis). En 1987-1988, lauréat du Deutscher Akademischer Austauschdienst (Berliner Künstlerprogramm). En 1991, lauréat de la Fondation Bosch (Stuttgart). Prix Paul Vaillant-Couturier en 1992. Mène depuis 1991 une recherche continue dans le domaine des ateliers d’écriture, en particulier auprès de publics en situation sociale difficile, et collabore régulièrement, depuis 1996, avec différents théâtres (Centre dramatique national de Nancy, Centre dramatique régional de Tours, Théâtre de la Colline et Théâtre ouvert à Paris). Chargé de cours en technique d’écriture à l’université de Bordeaux-1 (sciences) en 1996 puis à l’université Rennes 2 (arts du spectacle) en 2000. Paysage fer a récemment reçu le prix La Ville à lire, décerné par France Culture et la revue Urbanismes.
Traduit en allemand, danois, suédois, chinois, néerlandais, coréen, italien et anglais.

 

Consulter les pages qui lui sont consacrées sur le site « Le Tiers Livre », qu’il a fondé et qu’il anime.

Chez d’autres éditeurs

 

Ouvrages traduits

Gevangenis (Prison), Uitgeverij G.A. van Oorschot, « Franse Bibliotheek-modern » dirigée par Manet van Montfrans, trad. par Frans van Woerden, Amsterdam, 1999

De begrafenis (L’Enterrement), Uitgeverij G.A. van Oorschot, Amsterdam, 1997

Degräbnis (L’Enterrement), Manholt, Bremen, 1993

 

Prix

Prix Louis-Guilloux, 2002 (Mécanique)
Prix France Culture / revue Urbanisme « La ville à lire », 2000 (Paysage fer)
Prix Paul-Vaillant-Couturier, 1992 (L’Enterrement)
Prix du Livre en Poitou-Charentes, 1992 (L’Enterrement)

Annexes

Le Magazine littéraire, mai 2002, par François Bon

« Je n’ai pas d’autre peau que la peau écrite »

Propos recueillis par Valérie Marin La Meslée.

« Il m’est arrivé deux fois, avant Mécanique, de rencontrer la mort, et là, l’écriture est devenue une réponse personnelle, l’espace de nécessité, je n’avais pas d’autre recours pour tenir, je n’avais pas le choix de ne pas... Lire l'article

Politis, 15 mars 2001, par François Bon

François Bon, dans « Volonté », un article publié dans Politis, évoque sa conception de l’engagement dans et par la littérature.

La question de l’engagement part toujours d’un malentendu. D’une part, parce qu’elle constitue le monde social et son actualité comme cible et but de l’activité d’écriture, d’autre part, bien plus simplement, parce qu’elle a comme préjugé que l’exercice... Lire l'article

Prétexte, nº 7, entretien avec François Bon par Jean-Christophe Millois

Lire l’article