Miguel Delibes

Né en 1920 à Valladolid, en Castille, Miguel Delibes a suivi des études de droit parallèlement à une formation au dessin et à la sculpture. Après une année passée sur un croiseur comme engagé volontaire dans la marine, il a entamé une double carrière de journaliste et de professeur. Son journal, El Norte de Castilla, dont il deviendra le directeur, est une publication de tradition libérale qui a dû se soumettre aux lois franquistes pour durer. Delibes y passera des chroniques cynégétiques et cinématographiques aux éditoriaux sur la situation des paysans qui le mettront à plusieurs reprises en délicatesse avec la censure. Son premier roman lui vaut, à vingt-huit ans, le prix Nadal (le Goncourt espagnol) mais c’est avec son troisième ouvrage, Le Chemin, qu’il atteint une vraie notoriété et, surtout, la plénitude d’un art consacré à l’évocation d’une civilisation rurale vouée à la disparition. Le personnage central de l’enfant (ou de l’innocent) se retrouvera dans les deux autres volets de ce qui constitue une trilogie : Les Rats et Les Saints Innocents. Cependant, Delibes n’a rien d’un écrivain ruraliste. Chasseur écologiste, croyant pourfendeur de toutes les inquisitions, il a su transmuer en littérature et élever à l’universel son expérience de marin militaire  : L’Étoffe d’un héros ; sa rencontre avec le Printemps de Prague, ou la perte de sa chère épouse Ángeles : Dame en rouge sur fond gris. Explorateur de la langue castillane dans ses formes poétiques, populaires et dialectales sans qu’il n’y paraisse rien d’« expérimental », son œuvre allie la nouvelle : Le Linceul ; le roman court  : Le Fou ; le grand monologue souvent adapté à la scène : Cinq heures avec Mario et le roman de facture « classique », sa dernière œuvre, L’Hérétique. Il a obtenu en 1993 le très prestigieux prix Cervantès. Miguel Delibes est mort le 12 mars 2010 dans sa ville natale.

Prix

Prix national de littérature, 1955

Prix Fastenrath de l’Académie royale d’Espagne, 1957

Prix Juan March, 1959

Prix de la critique, 1962 (Les Rats)

Prix Príncipe de Asturias de la letras, 1982

Prix de la ville de Barcelone, 1987

Prix national des lettres espagnoles, 1991

Prix Cervantes de littérature, 1993

Prix Millepages, 2002

Liens

Le film de Jean-Michel Mariou, Miguel Delibes, collection « Un siècle d’écrivains », coproduction Les Films à Lou-France 3, est disponible aux Films à Lou, 38, rue Léon, 75018 Paris.

 

Le journal El Norte de Castilla a consacré à Miguel Delibes de nombreuses pages très documentées (bibliographie, photos, vidéos, etc.).

 

Site Estudios sobre Delibes (en espagnol).

 

Hommages

Blog La République des lettres, 17 mars 2010

Pour saluer Miguel Delibes, par Pierre Assouline

 

Libération, 12 mars 2010

Delibes, indélébile amour, par Jean-Baptiste Harang

 

Blog Kally Vasco, 12 mars 2010

Miguel Delibes, par Léon Mazzella di Bosco

 

Le Monde, 16 mars 2010

Miguel Delibes, écrivain espagnol, par Florence Noiville

 

Libération, 30 mars 2010

Delibes, le feu sacré, par Jean-Baptiste Harang