daech_le_cinema_et_la_mort
Daech, le cinéma et la mort

Art, architecture, cinéma

128 p.

13,50 €

Epub : 9,49 €

PDF : 9,49 €

ISBN : 978-2-86432-888-9

Parution : août 2016

Daech filme la mort de ceux qu’il torture. Filmer la mort ? Daech le fait en recourant de manière systématique aux effets visuels les plus spectaculaires, imités des films d’action hollywoodiens. Mieux encore : Daech dispose d’un studio de production et maîtrise parfaitement toutes les techniques numériques. Ses films, censurés ou non, sont diffusés en permanence sur la planète entière.

L’« ennemi de l’Occident » utilise les moyens et reprend les formes employés en Occident, et par là, il se tient au plus près de nous. Non seulement Daech achète et vend, exploite, spécule et asservit, mais, allant plus loin que nous, il réalise l’alliance macabre et contre nature du cinéma et de la mort. J’ai voulu comprendre cette extravagance propre à notre temps.

Extrait

 

Vidéo de la librairie Mollat

Revue de presse

La revue, mai 2017

Jihadisme, cinéma et jouissance de l’horreur

Si l’on n’est pas un lecteur averti ou si l’on a oublié certaines scènes macabres vues à la télévision, on pourrait s’étonner, de prime abord, du propos de ce livre. Qui associe, il est vrai, les organisations comme Daech non pas au cinéma proprement dit comme l’indique son titre... Lire la suite

Novo, novembre 2016, par Caroline Châtelet

Comolli, cinéphile en action

Rencontre avec Jean-Louis Comolli, réalisateur, scénariste, critique et théoricien du cinéma œuvrant pour une cinéphilie de l’action.

Initialement, c’est la publication récente de Daech, le cinéma et la mort, essai passionnant analysant l’usage des images par Daech, entre guerre communicationnelle, stratégie de propagande et modification de fond du rapport au... Lire la suite

La Marseillaise, 26 septembre 2016, par Anne-Marie Mitchell

Tenue par les terroristes de l’État islamique la caméra propage le sadisme et la folie meurtrière. Le spectateur est convié à tourner son regard vers le lieu où a été fabriquée l’image qu’il regarde. Ce lieu n’est pas le cosmos mythique d’où émerge l’acte divin, il a été fabriqué par l’homme. Ainsi écrit Michel Faucheux... Lire la suite

RollingStone, 26 septembre 2016, par Jean-Eudes Nouaille-Degorce

Lire l’article

Le Point.fr, 20 septembre 2016, par Baudouin Eschapasse

Quand Daech fait son cinéma

Lire l’article

La Cause littéraire, 16 septembre 2016, par Jean-Paul Gavard-Perret

Lire l’article

Politis, 15 septembre 2016, par Christophe Kantcheff

Les formes d’un totalitarisme

Dans Daech, le cinéma et la mort, Jean-Louis Comolli développe une réflexion politique sur l’esthétique des films de propagande.

Dans un livre devenu célèbre, la philosophe Marie-José Mondzain interrogeait : « L’image peut-elle tuer ? » C’est une semblable question, mais prise à rebours, que pose Jean-Louis Comolli : filmer... Lire la suite

En attendant Nadeau, 14 septembre 2016, par Guillaume Basquin

Camera diabolica

Lire l’article

L’Indépendant, 11 septembre 2016, par Serge Bonnery

Terrorisme: « La destruction est devenue le spectacle »

Cinéaste, essayiste, ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma, Jean-Louis Comolli est l’auteur de Daech le cinéma et la mort qui vient de paraître aux éditions Verdier.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé aux films montrant les exécutions de Daech ?

Jean-Louis Comolli : Parce... Lire la suite

Cahiers du cinéma, septembre 2016, par Cyril Béghin

Voilà un type de parole que l’on attendait depuis plusieurs mois. Qu’est-ce qu’une réflexion esthétique et morale sur le cinéma peut nous apprendre des images de propagande de Daech ? À distance des débats entre chroniqueurs du terrorisme, psychologues de la radicalisation et islamologues, le bref essai de Jean-Louis Comolli intervient avec une spécialisation incongrue... Lire la suite

Le Monde, 23 août 2016, par Jacques Mandelbaum

Les images de Daech, analysées à l’aune d’une éthique cinéphile

Dans un essai fructueux, Jean-Louis Comolli questionne la nature cinématographique de la propagande de l’État islamique.

Inspirant la terreur par la barbarie de ses actes, L’État islamique produit en toute logique un trouble dans la pensée qui veut le saisir. Un mal aussi aveuglément... Lire la suite

Blog de L’Obs, 18 juin 2016, par Jean-Max Méjean

Jean-Louis Comolli, dans un essai de quelque 120 pages, se penche avec courage et déterminisme sur un phénomène qui nous mine et qu’on tente, par tous les moyens, de sublimer : Daech. Avec Daech, le cinéma et la mort, le réalisateur veut comprendre ce qu’il arrive au cinéma lorsqu’on voit ce que les cinéastes de... Lire la suite

Livres hebdo, 27 mai 2016, par Laurent Lemire

Jean-Louis Comolli analyse les films de propagande de Daech

Décapitations, noyades, crémations. Les films du studio Al-Hayat ne sont pas des films comme les autres. Et pourtant, ces productions de Daech relèvent du cinéma puisqu’il y a prise de vue, cadrage et diffusion. C’est ce qu’explique Jean-Louis Comolli dans cet essai passionnant qui analyse le... Lire la suite

Radio et télévision

« La Grande Table », par Olivia Gesbert, France Culture, 31 août 2016.

« Europe 1 Social Club », par Frédéric Taddéi, Europe 1, 22 août 2016.