Droiture et mélancolie
Sur les écrits de Marc Aurèle

Philosophie

192 p.

15,00 €

Epub : 10,99 €

PDF : 10,99 €

ISBN : 978-2-86432-864-3

Parution : mars 2016

Marc Aurèle est aujourd’hui considéré comme un philosophe stoïcien à part entière, au même titre que Sénèque ou Épictète. Pierre Vesperini remet ici en cause cette opinion commune à partir d’un nouvel examen des écrits de l’auteur, notamment de passages souvent ignorés, croisés avec toutes les autres sources, exceptionnellement nombreuses, dont nous disposons à son propos. Conformément à une pratique courante dans l’Antiquité, Marc Aurèle utilise les « discours philosophiques » (logoi philosophoi) pour rester droit, lorsque l’âme est ébranlée par les affects produits par le monde extérieur ou par le déséquilibre des humeurs, notamment de l’humeur mélancolique.

Par ailleurs, Pierre Vesperini montre combien l’éthique ancienne est éloignée des conceptions de Pierre Hadot et de Michel Foucault. Le « soi » visé par les pratiques éthiques n’est pas un « soi » intérieur, mais un « soi » tout extérieur, entièrement soucieux du regard des autres, et de donner la plus belle image possible. La « droiture » ne consiste pas en l’adoption d’un « mode de vie » spécifique, mais au contraire en l’adoption d’un mode de vie le plus conforme possible aux attentes sociales, en fonction du statut de chacun. Enfin, l’éthique philosophique n’est jamais coupée du religieux, dans la mesure où « bien vivre », c’est « vivre avec les dieux ».

Revue de presse

La Vie des Idées, 23 septembre 2016, par Sandrine Alexandre

La sagesse des empereurs

Lire l’article

Etudes, septembre 2016, par Laurence Devillairs

À chaque époque son stoïcisme

Lire l’article

Le Figaro Histoire, juin 2016, par Jean-Louis Voisin

Le titre est superbe. L’essai aussi : d’une plume élégante et précise, l’auteur efface ce qui l’a précédé en un domaine où la répétition l’a emporté sur la réflexion. Sa thèse ? Marc Aurèle, qui ne s’est jamais présenté comme un philosophe, n’en est pas un, même si la philosophia lui était familière. En faire... Lire la suite

Blog de la Librairie Ptyx (Ixelles, Belgique), 23 mai 2016, par Emmanuel Requette

Lire l’article

Le Point, 1er mai 2016, par François Gauvin

Marc Aurèle démasqué

Cela dépasse pour une évidence : l’empereur Marc Aurèle (121-180) était aussi philosophe. En témoigneraient ses Pensées pour moi-même, un best-seller mondial. Mais Pierre Vesperini n’est pas de cet avis. Certes, Marc Aurèle puise souvent dans le stoïcisme, un système fondé en Grèce près de cinq siècles avant lui et qui avait... Lire la suite

Libération, 2 avril 2016, par Robert Maggiori

De l’empereur Marc-Aurèle, on dit généralement qu’il est un « philosophe stoïcien ». Mais de quel genre d’ « affiliation » s’agit-il ? Est-il stoïcien comme on dit de tel penseur qu’il est kantien ou heideggerien, et ses « pensées », ses « exercices spirituels » doivent-ils tout au stoïcisme ? Répondre à cette question est l’occasion, pour Pierre Vesperini, de montrer ce que signifiaient les... Lire la suite

L’Humanité, 1er avril 2016, par Cynthia Fleury

Le souci du cap

Lire l’article

Le Monde des Livres, 18 mars 2016, par Vincent Azoulay

Marc Aurèle, droit dans ses sandales

Partisan d’une approche anthropologique de la philosophie antique, Pierre Vesperini éclaire le stoïcisme sous un jour nouveau.

La philosophie antique connaît aujourd’hui un engouement inattendu. Sous la plume d’experts en « développement personnel », Socrate, Epictète ou Marc Aurèle sont volontiers invoqués, aux côtés de Jésus ou de... Lire la suite

Livres hebdo, 26 février 2016, par Laurent Lemire

En avant, calme et droit

Pierre Vesperini relit Marc Aurèle comme un mélancolique héroïque.

On ne lit qu’au présent, c’est ce qui assure la pérennité de la littérature. Quand Marc Aurèle écrit qu’il faut prendre soin de soi, chacun y voit comme une référence ancienne aux méthodes actuelles de développement personnel qui font florès dans... Lire la suite