La Piste mongole

Collection jaune

320 p.

18,25 €

ISBN : 978-2-86432-571-1

Parution : février 2009

Où l’on part à la recherche d’Eugenio Tramonti, le protagoniste du Vol du pigeon voyageur et de La Jubilation des hasards, disparu quelque part en Mongolie. Pour le retrouver il faudra traverser des états de réalité peu ordinaires et accepter de se laisser guider par quelques personnages emblématiques : un Chinois qui présente la particularité de maîtriser ses rêves ; une chamane mongole qui s’absente parfois quelques jours pour voyager dans d’autres mondes dont elle ne se souvient pas ; une Sibérienne qui fréquente assidûment les choses invisibles ; un jeune garçon, apprenti chaman, qui vient interférer dans les rêves du Chinois ; une vieille femme aux identités mouvantes ; une divinité lacustre aux faux airs de renard ; des juments, un aigle et un loup ; sans compter quelques narrateurs, anonymes ou pas, disséminés entre Oulan Bator et Pékin, le lac Baïkal et les hauts sommets de l’ouest de la Mongolie. Les mondes se chevauchent, les histoires se répondent les unes aux autres, les fenêtres de l’imaginaire sont grandes ouvertes, les narrateurs se superposent, et le principe de réalité tremble sur ses bases, à la fois labile, humoristique et fuyant. Et ce faisant c’est une autre réalité qui se trouve posée là – ou tout un réseau de réalités qui s’entrecroisent, car l’instabilité est féconde, et la littérature s’accommode bien de ce flou des frontières.

Extrait

Nous étions debout à l’entrée de la yourte, silencieux, à regarder la jeune femme environnée de fumée qui parlait vite, les yeux fermés, d’une voix monocorde, tandis que la vieille au long nez, assise face à elle et penchée en avant, l’écoutait avec attention, ne l’interrompant qu’à une ou deux reprises, et à tout cela je n’entendais évidemment rien. Amgaalan m’avait proposé de traverser la ruelle afin d’écouter et voir, vous allez peut-être assister à quelque chose d’intéressant, m’avait-il dit, la vieille est un peu sorcière, une chamane assez connue ici, et cette histoire d’opéras chinois m’intrigue un peu. Quelle histoire d’opéras, avais-je demandé, et il m’avait dit que la vieille femme, qui était entrée chez lui en faisant mine de ne pas même m’avoir remarqué bien qu’elle fût assise à quelques mètres de moi, venait de lui demander de passer une cassette d’opéra pour sa cousine qui en réclamait. Je trouve ça vraiment bizarre, m’avait-il dit, d’autant qu’elle-même (il montra la vieille d’un mouvement du menton) déteste ça, je le sais, mais nous pouvons aller voir ce qu’il en est si vous le souhaitez, elle est d’accord, nous reprendrons notre conversation après. Je ne voyais pour ma part aucun inconvénient à suspendre cette conversation courtoise mais qui ne menait à rien, pour traverser la ruelle défoncée, enjamber ruisselets d’eau grise, chiens endormis et porcelets indifférents, et me rendre dans la yourte d’à côté, aussi misérable que celle d’Amgaalan, dans laquelle la vieille qui nous avait précédés frappait un petit tambour, assise face à une grosse jeune femme qui semblait saoule, dodelinait de la tête les yeux fermés, en marmonnant je ne sais quoi entre ses lèvres épaisses et à peine desserrées. Je pense que ce n’est pas vraiment sa cousine, me chuchota Amgaalan : à chaque fois que quelqu’un vient chez elle, elle dit qu’il s’agit de cousins ou cousines. Qui est-ce, alors, avais-je demandé par politesse, car cela m’indifférait totalement. Une chamane comme elle, je suppose, ou une apprentie chamane, regardez, elle est en transes, il me semblait bien que cette histoire d’opéras chinois était un peu bizarre. Et on entendit à ce moment-là les premiers passages de récitatifs, péniblement aigus, retentir dans la yourte d’Amgaalan. La grosse jeune femme se mit alors à parler, d’abord lentement, puis de plus en plus vite, toujours les yeux fermés, tandis qu’Amgaalan et moi étions debout à côté de l’entrée de la yourte.

Revue de presse

Itinéraires, 1er trimestre 2013, par Isabelle Dangy

Littérature et chamanisme (La Piste mongole de Christian Garcin)

Lire l’article

Les Cahiers de l’actualité (blog), 20 janvier 2010, par Marie-Lucile Kubacki

Jeu de pistes du Baïkal au Gobi

Où Christian Garcin nous emmène en Mongolie sur les traces de son héros récurrent, Eugenio Tramonti, dans un voyage initiatique des plus troublants.

Christian Garcin aime les objets littéraires non identifiés, les labyrinthes de Borges, l’Asie, les terriers, les énigmes, les voyages, les films en noir en... Lire la suite

Le Soir, 22 mai 2009, par Pierre Maury

La Mongolie et les rêves

Sur la piste d’un personnage déjà rencontré dans un ouvrage précédent, Christian Garcin nous entraîne dans un voyage initiatique.

Christian Garcin pousse sa littérature vagabonde en direction de l’Asie, chaque fois un peu plus loin. Il prend la liberté de citer son nom, parmi une longue liste de... Lire la suite

Tageblatt, mai 2009, par Laurent Bonzon

La fonction chamanique de l’écrivain

Qui cherche qui… finira bien par le trouver ! Tout au long de La Piste mongole, Christian Garcin poursuit son errance romanesque à travers les mondes réels ou imaginaires. Là où les esprits se parlent alors que les corps se fuient, là où les frontières aident à se perdre pour mieux se... Lire la suite

Lire, mai 2009, par Baptiste Liger

Étranges disparitions en Mongolie

Une quête onirique signée Christian Garcin, entre chamanisme et mondes parallèles.

A priori, la Mongolie n’est pas la plus évidente des destinations touristiques. Et il n’est pas sûr que le dernier roman de Christian Garcin, La Piste mongole, soit le meilleur tract pour l’office du tourisme local. Encore que… Allez savoir pourquoi,... Lire la suite

Le Mensuel littéraire et poétique, mai 2009, par Richard Blin

Des multiples manières d’habiter les mondes

C’est à un drôle de voyage qu’il faut vous préparer en abordant, en compagnie de Christian Garcin, la piste mongole. À un long périple mêlant la quête à l’enquête, et prenant la forme d’un roman développant non pas une histoire mais des histoires qui, finalement, n’en forment peut-être qu’une.... Lire la suite

Technikart, mai 2009

On l’avait (aussi) raté à sa sortie en janvier. Pourtant, La Piste mongole, investigation fantastico-chamanique, est un délicieux délire à la Volodine. Retenez le nom de ce Garcin-là – qui n’a rien à voir avec Jérôme.

Lire la suite

Zibeline, 16 avril 2009, par Aude Fanlo

À l’intérieur des lacs

« Quelque chose d’inconnu saisit Wanglin, une sensation d’immensité qu’il n’avait jamais éprouvée auparavant, dont il lui sembla qu’elle ne concernait pas uniquement l’étendue horizontale du lac, mais avait aussi à voir avec la profondeur, et le temps. Un vertige le saisit. »

Le Baïkal, le plus limpide des lacs, mais dont la... Lire la suite

Le Monde des livres, 10 avril 2009, par Monique Pétillon

La Mongolie onirique de Christian Garcin

Embarquement immédiat ! Les lecteurs intrépides qui, suivant les traces de Christian Garcin, s’engageront sur La Piste mongole, se souviendront du périple. Traversée de la steppe, de « lits de rivière desséchés », dans le 4 X 4 conduit hardiment par Dokhbaar, le chauffeur mongol, mais aussi transports chamaniques dans le monde parallèle des... Lire la suite

La Montagne (Clermont-Ferrand), 29 mars 2009, par Daniel Martin

La force des rêves

C’est, en début de printemps, le plus beau livre dont on peut rêver : voyageur, ludique, ancré dans le réel.

Auteur d’une œuvre remarquable et très diverse, Christian Garcin s’est essayé à tous les genres poésie, nouvelles, essais ; a travaillé sur la peinture, le paysage, la fiction. Et se plaît à... Lire la suite

Aubagne au jour le jour, 27 mars 2009

L’invitation au voyage

Le 30 mai, Christian Garcin sera à Saint-Malo. En cette 20e édition du festival « Étonnants voyageurs », l’écrivain aubagnais pourrait être doublement récompensé. La Piste Mongole, paru récemment aux Éditions Verdier […], est sur la liste des deux principaux prix : le Prix Nicolas Bouvier, parrain avec L’Usage du monde des écrivains voyageurs, et sur celle du Prix... Lire la suite

Télérama, 25 mars 2009, par Martine Laval

Qui parle ? Chen-le-maigre ? Surgündü-jambes-d’os ? Le loup Barük, l’avaleur des steppes ? Shamlayan-le-morveux ? Tous, et un seul : Christian Garcin, toujours plus fougueux à imaginer des personnages extravagants, plus que jamais enclin à se balader dans les labyrinthes de la littérature et à poursuivre une sorte d’autobiographie fictive. La Piste mongole annonce les retrouvailles avec quelques-unes des obsessions, toutes prédilections... Lire la suite

Le Matricule des anges, mars 2009, par Thierry Guichard

Rêver peut-être

Suivons Christian Garcin sur La Piste mongole. Au seuil des yourtes, l’Occidental abandonne toute certitude et laisse la fiction le transporter.

La narration du nouveau roman de Christian Garcin se déploie comme un labyrinthe à trois dimensions. Polyphonique, elle accompagne la quête de Rosario Traunberg à travers l’immense territoire mongol. L’homme est parti à... Lire la suite

L’Humanité, 26 février 2009, par Alain Nicolas

Le terrier des rêves

Quête – où il est question de partir à la recherche d’un disparu lui-même à la recherche d’un disparu. Une fiction aux limites de l’onirisme.

Elle passe par la Mongolie, forcément. La terre des chamans, le pays sans mer, l’impasse du monde dont on ne peut sortir que par le rêve. La... Lire la suite

La Liberté, 14 février 2009, par Jacques Sterchi

L’instabilité est littérairement féconde

Chamans, identités flottantes, divinité lacustre et loups apprivoisés : le nouveau roman de Christian Garcin est lui aussi habité par cette instabilité des choses littérairement si féconde. Nous sommes en Mongolie, sur les traces d’Eugenio Tramonti – qui n’est autre qu’un personnage fictif d’un précédent livre de Garcin. Le narrateur qui débarque à Oulan-Bator... Lire la suite

Centre national du livre, note de lecture, 5 février 2009, par Anne Sinha et Anne Princen

Après avoir sillonné la Chine dans Le Vol du pigeon voyageur, traversé New York en quête de son père, dans La Jubilation des hasards, Eugénio Tramonti, lancé sur les traces d’un géographe sibérien mystérieusement disparu, s’est à son tour évanoui « sur la piste mongole ». Dans le volet oriental de ce triptyque, Christian Garcin entraîne le lecteur à sa recherche... Lire la suite

Le Magazine littéraire, février 2009, par Bernard Fauconnier

[…] Autres sensations, autres histoires prodigieuses, celles que Christian Garcin s’en va chercher du côté de La Piste mongole, sur les traces d’Eugenio Tramonti, héros de deux de ses précédents livres, Le Vol du pigeon voyageur et La Jubilation des hasards. Ici, et c’est la grande qualité du roman, l’espace géographique teinté de merveilleux se fait aussi espace intérieur, véritable voyage... Lire la suite

Radio et télévision

« Tout arrive », par Arnaud Laporte, France Culture, lundi 23 mars 2009 à 12h
« Le Choix des livres », par Céline Geoffroy, France Culture, mercredi 25 février 2009 à 21h

Annexes

Traductions

Монгольский след, пер. с французского, Юрия Борисевича, Минск, Макбел, 2013 (isbn : 978-985-6347-83-5).