restoroute_animaux
Restoroute – Animaux

Der Doppelgänger

Traduction de l’allemand (Autriche) par Patrick Démerin et Dieter Hornig

160 p.

16,50 €

ISBN : 978-2-86432-678-6

Parution : avril 2012

Créée en 1994 à Vienne, Restoroute est la huitième pièce d’Elfriede Jelinek qui la définit comme sa « première véritable comédie ». Le sous-titre, L’École des amants, indique la filiation de cette œuvre avec le Così fan tutte de Mozart et Da Ponte, dont elle est la réécriture burlesque et grinçante. Pour l’écrivain qui se définit comme « une incurable moraliste », l’échangisme apparaît comme l’illustration de « la terreur de la liberté » : une sexualité sans frein où le désir féminin qui se donne prétendument libre cours n’aboutit qu’à une ritualisation grotesque de la performance sexuelle et se mue en une servitude terrifiante.
Animaux, pièce créée à Vienne en 2007, se compose de deux monologues. Dans le premier, une femme bourgeoise mélancolique exprime sa soumission à son amant et aspire à ce que celui-ci use d’elle selon son bon plaisir. Dans la deuxième partie qui, selon les termes de l’auteur, « efface et ridiculise la première », ce désir se trouve pris au pied de la lettre : la prostitution érige l’homme en seigneur et maître, pour qui les femmes ne sont que du bétail.
Dans ces deux pièces violemment satiriques, le jeu théâtral repose sur la puissance subversive du langage qui passe au premier plan et met en évidence la monstruosité du monde contemporain.

Extrait

Absolument, oui, avec supplément. Ok. Non, excusez, c’est standard, c’est inclus. J’avais compris anal. Oui, oral, ça oui, ok. Oui, oral, oui, oral, c’est dans le prix. Et dedans, sinon, y a tout. Et dedans, sinon, y a encore plus. Qu’est-ce qu’il y a dedans ? Une fois que c’est dedans, tout est dedans. Et plus, y a pas plus, et moins y a plus, et plus c’est pas moins, et elle est comment, cette blonde, physiquement je veux dire, elle est top ? Ah oui, c’est des filles top. Amène-la-moi, et si elle est jolie, je paye 180 euros, elle reste, il est quelle heure, là ? d’ici qu’elle arrive il sera cinq heures, disons qu’elle reste avec moi de 7  heures, 7  heures et quart maximum, maximum maximum. Non, là j’en suis pour mes frais. Une heure, elle reste. J’en suis pour mes frais. Non. J’en suis pour mes frais. Non. Fais ça pour moi, cette fois, et puis tu verras. C’est pas possible, c’est pas possible, c’est pas possible, les affaires c’est les affaires, j’en ai rien à faire, mais pour toi ça fait déjà trop souvent que. Si elle est jolie. Si elle est pas jolie, je la renvoie. Ça marche. Ok. Ça marche. Ok. Sans. Ok. Sans. Ok. Sans. Sans. Sans. Sois pas hystérique. La santé ne s’achète pas avec l’argent. Pas Sans pas Sans pas Sans ! Ok. Avec Sans. Avec Sans. Avec Sans. Et s’il m’arrive quelque chose ? Ces gens-là, je les connais mieux que n’importe qui. J’ai peur. Je le connais pas, moi. Pas avec Sans. Pas avec Sans. Mais moi, je le connais. Avec Sans. Avec Sans. Mais tu peux faire ces papiers, pour le médecin ? Ici, c’est pas possible, pas possible. Tu es désagréable. C’est la dernière fois que je le fais avec Sans. La dernière fois que je le fais avec Sans. Bon tu le fais, et terminé terminé. Est-ce que je peux avec, ou est-ce que je dois absolument avec Sans ? Non. Pas avec. Seulement avec Sans. Mais j’ai vraiment peur, pour ma santé. Avec Sans, c’est pas possible. Sans la santé c’est pas possible. C’est mon corps et c’est ma santé. C’est la dernière fois, avec Sans. La dernière fois avec Sans. Il n’est pas malade ? Il est malade ? Il est avec sans maladie ou avec maladie ? Il est sans maladie. Il n’est pas malade ? Sûrement pas sûrement pas. Il t’a montré des papiers ? Des papiers ? Oui. Il me les montrera, à moi aussi ? Il le fera il le fera il le fera. J’en ai encore jamais renvoyé une seule. Mais celle-là, je la renvoie. Je trouve que j’ai toutes les raisons de la renvoyer. J’ai qu’à dire que la fille ne voulait pas se montrer coopérative, qu’elle voulait pas qu’il lui touche la chatte, qu’elle ne voulait pas ceci, qu’elle voulait pas cela, et dans ce métier une fille peut pas faire sa chochotte. Et la petite pincée de sadomaso, c’est quand même pas la mer à boire, il ne manquera pas de réclamer un dédommagement intégral pour son manque à gagner, comme il n’a pas manqué d’avoir ce manque, il ne manquera pas non plus de réclamer un dédommagement. Pour manquement à obligations contractuelles. Un manque, à dédommager. Un dédommagement manqué. Une affaire manquée. Manquement à obligations contractuelles ou pas, nous ne sommes pas intéressés par une intervention de la police, car nous sommes déjà au Bureau du Parlement, et nous résoudrons ce problème autrement. Nous ne le résoudrons pas avec la police, nous le résoudrons avec sans la police, car nous ne sommes pas intéressés par son intervention.

Revue de presse

Le Nouvel Observateur, 17 mai 2012, par Didier Jacob

Entretien avec Elfriede Jelinek. Propos recueillis par Didier Jacob. Traduit de l’allemand par Sophie-Andrée Herr. Lire la suite

La Croix, 3 mai 2012, par Didier Méreuze

Elle est celle par qui le scandale arrive. La fauteuse de troubles. L’empêcheuse de penser en rond. Contemptrice, imprécatrice, prompte à vitupérer l’état de l’univers et surtout de l’Autriche – son pays dont elle n’a de cesse de dénoncer le conformisme et l’hypocrisie, l’antisémitisme et les complaisances nazies… Lire la suite

La Liberté, 14 avril 2012, par Alain Favarger

La lauréate du Nobel de littérature de 2004 se définit volontiers comme « une incurable moraliste ». Tous ses textes (romans, pièces de théâtre, essais) témoignent d’un regard sans concession sur les dérives de la société moderne, en particulier sur les rapports de force, de domination et de violence qui la sous-tendent. Lire la suite

Libération, 12 avril 2012, par Claire Devarrieux

Burlesque ou tragique, en trois pièces, le clavier théâtral d’Elfriede Jelinek. Lire la suite

Télérama, 11 avril 2012, par Fabienne Pascaud

Trois pièces de l’écrivaine autrichienne : toujours plus radicale, elle s’avère plus à l’aise dans la noirceur misanthrope que dans le porno dénonciateur. Lire la suite