Simples, magistraux et autres antidotes

Collection jaune

80 p.

9,13 €

Tirage de tête : 39 €

ISBN : 978-2-86432-346-4

Parution : octobre 2001

L’histoire, selon Michelet, s’apparente à une maladie. Le corps social est secoué de fièvres, de nausées, sujet à de grandes hémorragies. Il y a aussi une pathologie de l’espace. Le séjour des petits pays restés en marge du temps s’accompagne de troubles obscurs, chroniques, auxquels les ressources locales permettent plus ou moins de remédier.

Extrait

Le léger serrement de cœur qu’on éprouvait dans la campagne faisait écho à l’ingratitude du pays. On accusait le coup. […]

Je ne me souviens pas d’avoir emprunté la rue Colonel-Faro sans qu’une joie sourde, profuse, ne me soulève devant le magasin du grainetier en gros et demi-gros. Des sacs de jute bâillaient sur le trottoir, débordant de maïs rougeoyant, de haricots de toutes les tailles et toutes les couleurs, prud’hommes jaunes, nains ventre de biche, blancs flagellés de rouge, pareils à des fragments de jaspe ou de cornaline, riz paddy ou débarrassé de ses glumes, nacré, légèrement scintillant sous le jour blême, orge, pois chiches, avoine, fruits secs, sachets transparents de plantes aromatiques, potirons géants mis en tas, figues de Barbarie importées des départements d’Algérie, des protectorats du Maroc et de Tunisie, dattes. S’il existe quelque rapport entre les deux, que nos affections soient bien l’effet induit du monde ambiant, alors la gaîté qui me prenait devant ce déversement de corne d’abondance n’était que l’envers ou le suspens du déplaisir que suscitaient les abords de l’agglomération.

Revue de presse

Le Monde, 28 décembre 2001, par Patrick Kéchichian

L’ordre, à deux pas du chaos

Pierre Bergounioux, avec cette probe rigueur qui est sa marque, raconte et médite, d’un même mouvement, le monde qui est le sien

C’est en écrivant au plus près de lui que Pierre Bergounioux dépasse la mesure et les limites de sa personne. Et c’est à ce curieux paradoxe que... Lire la suite

Livres hebdo, 9 novembre 2001, par Alexandre Fillon

Mince Bergounioux

Soudain Pierre Bergounioux publie simultanément trois courts livres très ciselés, deux chez Verdier, un chez Flohic.

Au téléphone, lorsqu’on l’appelle pour prendre rendez-vous, la voix de Pierre Bergounioux laisse entendre que ce prosateur parle aussi bien qu’il écrit. Comment faire pour se retrouver dans la cohue d’un grand café parisien, à quelques rues d’une... Lire la suite

Libération, 25 octobre 2001, par Jean-Baptiste Harang

Bergounioux, un sang d’encre

Ses textes décrivent un passé censé préparer l ’avenir. Rencontre (au présent) avec Pierre Bergounioux, né en 1949 à Brive, inventeur de cette prose continue qui maille la chaîne des générations.

Pierre Bergounioux délivre et livre des phrases comme on donne son sang. Généreusement, chaque jour. Depuis vingt ans, il se... Lire la suite

La Quinzaine littéraire, 16 octobre 2001, par Bertrand Leclair

La narration pulvérisée

Pierre Bergounioux est de ces écrivains dont on a envie à chaque nouveau livre de dire qu’ils parviennent à maturité, tant ils gagnent en précision, en rigueur, dans un geste obstiné, presque obsessionnel, qui ne perd rien de la nécessité qui les a contraints à prendre une voie singulière, comme en témoignent... Lire la suite

Radio et télévision

« Un livre », France 2, 19 octobre 2001

« Du jour au lendemain », France Culture, 8 octobre 2001, 0 h 05

« Le livre du jour », France Culture, 1er novembre 2001, 11 h 25 et 17 h 25

« Des mots de minuit », France 2, 14 novembre 2001, 1 h 00

« Première édition » par Pierre Assouline, France Culture, 26 novembre 2001, 8 h 00