Jan Patocka


Platon et l’Europe

Collection : Philosophie

Traduit du tchèque par Érika Abrams

320 pages

19,27 €

978-2-86432-024-1

avril 1983

Dans cet ouvrage, Jan Patocka nous propose un cheminement, une « tentative d’introduction aux questions générales d’orientation dans la situation présente du monde ».
Remontant aux fondements spirituels de l’Europe et aux racines mêmes de la métaphysique chez Platon, il met le thème platonicien du soin de l’âme en parallèle avec la méthode de la phénoménologie de Husserl et le questionnement renouvelé par la pensée de Heidegger. Il s’interroge à la fois sur notre héritage et sur notre avenir.
La fin de la philosophie est-elle possible ?
La philosophie – non pas celle qui s’est rendue tributaire de la science ou de la praxis révolutionnaire, mais celle des « hommes pris à la gorge par la nécessité vitale de s’expliquer avec la détresse fondamentale de la vie », l’aspiration vers la « vie bonne » dont l’Europe est issue – n’est-elle pas à même de nous fournir, aujourd’hui encore, un appui et une arme contre le déclin ? N’y-a-t-il pas un autre « engagement » que celui qui, se cantonnant dans le domaine du quotidien, s’égare fatalement, victime de prophètes antithétiques ?
S’interroger sur le sens et les possibilités de la philosophie, c’est s’interroger sur le rôle qui pourra encore revenir à l’Europe dans l’histoire. Le message de Patocka est fait de lucidité et d’espoir.

La Nouvelle Revue française, septembre 1983, par Francis Wybrands

Lire l’article