Carnet de notes, 1991-2000

Collection jaune

1 280 p.

38,54 €

Epub : 23,99 €

ISBN : 978-2-86432-504-8

Parution : août 2007

Ce deuxième tome couvre les années quatre-vingt-dix, et porte toute l’ombre qui – à l’exclusion des années soixante – a prévalu au long de ce vingtième siècle.

Extrait

Ve 15.12.1995
Quinze ans, aujourd’hui, que j’ai ouvert le premier des trente et quelques cahiers que j’ai remplis depuis lors. Je suis aussi éloigné de celui que j’étais le 15 décembre 1980 que celui-ci l’était du lycéen de 1965. C’est le tiers de ce qui me tient lieu d’existence qui est consigné dans ces pages, et le plus amer. Est-ce d’en avoir gardé trace, de l’avoir vécu en conscience, avec un but ? Est-ce l’effet de l’âge, du nombre grand des années que j’ai eues, qui font plus brèves, graduellement, chacune de celles qui me sont encore accordées ? Mais il me semble n’être pas tellement éloigné de l’hiver 1980, où j’ai résolu de me faire le greffier de mes jours, alors que l’année 1965 me semblait, à ce moment – est-ce que je me trompe ? – se trouver à des distances énormes. Il est vrai que je ressemble tristement au type de trente et un ans que je fus, alors que celui-ci, après quinze ans d’exil, d’essais, d’erreurs, d’efforts délibérés, constants, orientés s’était éloigné infiniment de l’adolescent effaré qu’il avait laissé, pour toujours, à Brive-la-Gaillarde.
Levé à six heures et demie. Il n’a pas neigé mais il fait – 3 et l’allée est verglacée. Il me faut un bon moment pour mettre la R 21 en train – gratter les vitres, que j’ai aspergées de produit dégivrant, dehors, tandis que l’air chaud est soufflé dessus, à l’intérieur. Je ne démarre pas sans appréhension et parviens lentement, mais sans encombre, au collège à sept heures vingt.
Au retour, je lis Stolz de Nizon.
Après quinze jours d’interruption, du courrier a été distribué. Le travail reprend demain à la SNCF, à la RATP, un peu partout.
Toujours submergé d’inquiétude par l’examen auquel va se soumettre Cathy, lundi.

Revue de presse

La Nouvelle Revue française, juin 2008, par Tristan Hordé

Pierre Bergounioux tient un journal depuis le 16 décembre 1980. Dans les deux épais volumes parus sont consignés, plusieurs fois par semaine, les événements, menus ou non, qui constituent une vie : les travaux quotidiens de la maison, les tracas liés à l’éducation des enfants, les maladies des proches, les décès qui assombrissent les jours, les... Lire la suite

CCP, mars 2008, par François Zénone

Ce deuxième volume de notes couvre les années quatre-vingt-dix, l’œuvre est en marche ; en 1991 paraît La Mue, en 1992 L’Orphelin et Le Matin des origines. Un mois de l’année est consacré an travail du fer (« les quatre semaines concédées aux passions archaïques ») en Corrèze, le reste des jours, dans la région parisienne, à l’écriture et au dur travail d’enseigner dans... Lire la suite

Libération, 20 décembre 2007, par Claire Devarrieux

Bergounioux, la règle du joug

Préférence. Entomologiste de la vie quotidienne, l’auteur de Miette épingle le temps qui passe, pendant que ses enfants quittent leur chrysalide.

Pierre Bergounioux est écrivain. Les années que couvre ce deuxième Carnet de notes le voient publier Miette et La Mort de Brune, d’autres livres encore, chez Gallimard. Il enseigne dans un collège de... Lire la suite

Le Monde, 2 novembre 2007, par Patrick Kéchichian

Les travaux et les jours de Pierre Bergounioux

L’auteur de Miette publie le deuxième volume de son journal.

C’est moins le passé qu’habite Pierre Bergounioux, comme on se plaît souvent à le dire, que toute la dimension du temps. Le présent, même s’il le juge avec rage et dépit, n’est pas un motif de désertion. Loin... Lire la suite

L’Humanité, 27 septembre 2007, par Jean-Claude Lebrun

Écrire, pour faire face à la médiocrité de ce temps

Entretien avec Pierre Bergounioux. Propos recueillis par Jean-Claude Lebrun.

Votre Carnet de notes se présente comme l’écriture au quotidien de votre vie au quotidien. Mais sous une forme très élaborée qui peut donner à penser que c’est du temps pris à l’œuvre…

Pierre Bergounioux. Qu’est-ce que... Lire la suite

La Quinzaine littéraire, 1er septembre 2007, par Tiphaine Samoyault

Déplaisirs et des jours

En deux ans, du premier Carnet de notes à celui‑ci, on aura parcouru vingt ans. 1980-1990, d’abord, décennie scandée par des morts, nombreuses, par le retour de plus en plus compliqué sur un monde qui a fini et par l’effort acharné, à mesure qu’on constate qu’il n’est plus, pour en porter témoignage... Lire la suite

La Liberté, 25 août 2007, par Alain Favarger

Le joumal d’un anxieux

Natif de Brive‑la‑Gaillarde en 1949, l’écrivain au visage buriné comme une silhouette de Giacometti a à son actif une bonne quarantaine d’ouvrages. Tous plus ou moins variations de ses obsessions : le paradis de l’enfance perdu, la quête des origines, le rapport frustrant avec le père. Cette thématique se retrouve à l’œuvre... Lire la suite

Page des libraires, septembre 2007, par Michèle Chadeisson, Librairie Texture (Paris 19e)

Carnet du grand chemin

Avec ce second volet de Carnet de notes (le premier est paru en 2006), nous voici à nouveau conviés au plus intime de la pensée – déclinée au quotidien – d’un écrivain majeur.

Avec la rigueur que nous lui connaissons, Pierre Bergounioux continue à s’écrire au jour le jour, confessant la torture à se mettre au... Lire la suite

Le Magazine littéraire, septembre 2007, par Serge Sanchez

Ce deuxième volume du journal de Pierre Bergounioux, Carnet de notes, 1991‑2000, nous fait pénétrer dans l’atelier de l’écrivain. Professeur de français près de Paris, il a entre 40 et 50 ans et vit en compagnie de sa femme, Cathy, chercheuse au CNRS, et de ses fils, Paul et Jean. Les obligations de la vie courante,... Lire la suite

Radio et télévision

« Les Mardis littéraires », par Pascale Casanova, France Culture, mardi 9 octobre 2007 à 10h
« La fabrique de l’histoire », chronique d’Arlette Farge, France Culture, vendredi 5 octobre 2007 à 9h
« Matin info », i-Télé, vendredi 17 août 2007 à 8h