don_juan_de_la_manche
Don Juan de la Manche
L'Éducation au désir

Der Doppelgänger

Roman. Traduit de l’allemand (Autriche) par Barbara Fontaine

224 p.

18,25 €

ISBN : 978-2-86432-656-4

Parution : août 2011

Pris entre une mère juive envahissante et un père occupé à jouir de la vie, Nathan s’épuise à ressembler à un don Juan sans parvenir à être autre chose qu’une sorte de Don Quichotte. C’est à sa psychanalyste qu’il fait le récit de ses échecs passés: expériences sexuelles ratées, mariages malheureux, vaines tentatives de séduction qui se sont heurtées à la vague ultra-féministe des années soixante-dix. Nathan ne se prive pas de broder sur certains épisodes, car ce bavard malchanceux est un homme pour qui fiction et vérité s’entremêlent continuellement.
Impuissant et lucide, il assiste au dévoiement de sa profession de journaliste. La disparition de ses parents marque le point où sa destinée bascule.
Robert Menasse, qui parodie ici avec une verve comique jubilatoire la tradition du « roman d’éducation » – le livre a pour sous-titre L’Éducation au désir – se livre à travers son héros à une réflexion sur l’amour et la différence des sexes. C’est à Woody Allen que l’on songe, autant qu’à Philip Roth ou Michel Houellebecq desquels il est proche par l’ambition de mener avec les armes du roman un combat sans merci contre les monstres dérisoires de la modernité.

Extrait

Vous savez ce qui est étrange, Hannah ? Je me demande parfois si ce que je vous raconte ou ce que j’écris pour vous intéresse quelqu’un. Je veux dire que je vous paye pour ça, mais est-ce que cela intéresserait quelqu’un d’autre ? Pourquoi souhaité-je que ce soit intéressant ? N’est-ce pas un syndrome petit-bourgeois de croire que tout ce qu’on est, comment on est et la raison pour laquelle on est comme ça, est d’une certaine façon exemplaire ? Que c’est comme ça et que même dans l’échec on est typique ?
Ce qui m’intéresse, a dit Hannah, c’est de savoir si vous avez aussi une mère. Ou votre père vous a-t-il enfanté tout seul en se masturbant sur le tapis de cartes ?

Revue de presse

Livres hebdo, 17 juin 2011, par Fabienne Jacob

Variations sur un divan

Robert Ménasse sonde l’amour et la différence des sexes avec une verve comique inépuisable.

Coup double pour Robert Ménasse : l’essayiste et romancier né à Vienne publie simultanément un roman et des nouvelles. Deux ouvrages qui ont en commun un goût invétéré pour le comique et les titres énigmatiques. Don Juan de... Lire la suite

L’Humanité, 25 août 2011, par Alain Nicolas

Entre Quichotte et Don Juan, le vide du désir

Un roman d’initiation parodique et décalé sur le mal-être érotique des classes moyennes. Robert Menasse inattendu et savoureux.

« Je n’ai jamais eu de vie sexuelle aussi débridée qu’en ce moment, où le sexe m’ennuie », faut-il absolument être cynique pour prononcer une telle phrase ? Réaliste,... Lire la suite

Aujourd’hui en France, 28 août 2011

Robert Menasse, un Woody Allen autrichien

Un journaliste désabusé conte ses amours à sa psychanalyste. Alors que son père, chroniqueur mondain, collectionnait les conquêtes, Nathan, sous la coupe d’une mère abusive, végète dans son magazine après avoir accumulé les échecs amoureux. Dans une veine à la Woody Allen, l’Autrichien Robert Menasse brosse avec humour la... Lire la suite

Le Matricule des anges, septembre 2011, par Thierry Cecille

Le désir de désirer

Entre ironie et nostalgie, Robert Menasse diagnostique les affres sentimentalo-sexuelles que doit affronter le mâle occidental on rit jaune.

« Le jour où Christa a pilé des piments entre ses mains avant de me masturber et de me demander – pour reprendre ses mots – de l’enculer, j’ai compris toute la beauté et la sagesse... Lire la suite

Transfuge, septembre 2011, par Oriane Jeancourt

Pathétique Don Juan

Déjanté, Robert Menasse raconte, dans Don Juan de la Manche, les errances sexuelles d’un homme en perte de sens. Jubilatoire !

On ne facilite pas la vie des hommes. Personne ne leur apprend plus à aimer. L’amour tragique, l’amour passion, l’amour adultère, l’amour conjugal, l’amour libre, des concepts terminés, enfouis sous les débris de... Lire la suite

Télérama, 5 octobre 2011, par Marine Landrot

Sexe, mensonges et viennoiseries

Fils de Woody Allen et de Philip Roth, l’Autrichien Robert Menasse a deux obsessions : le sexe et la déliquescence de son pays. Son Don Juan de la Manche est l’un des plus remarquables romans de la rentrée.

Avec un nom pareil, on s’attend à trouver la trogne de Robert Dalban. Mais... Lire la suite

Notes bibliographiques, décembre 2011, par L. K. et N. C.-D.

Nathan, journaliste viennois, n’est pas heureux. Il a entrepris, avec sa thérapeute Hannah, une analyse qui fait jaillir, dans le désordre, des pans de sa vie, réels ou fantasmes. Né d’un père jouisseur souvent absent et doté d’une mère juive possessive, il a été marqué par leur séparation quand il avait six ans. Malgré un... Lire la suite

Le Point, décembre 2011, par Sophie Pujas

« Casanova est mort, et Don Juan dépressif »

Le donjuanisme est-il un donquichottisme ? Telle était la question posée par l’Autrichien Robert Menasse dans son dernier roman, Don Juan de la Manche, ou les exploits cocasses et désespérés d’un Don Juan vieillissant à l’heure du bilan de la libération sexuelle… Pour lui, le mythe reste très actuel. Propos... Lire la suite

La Liberté, 10 septembre 2011, par Jacques Sterchi

Un raté exemplaire

Le romancier autrichien Robert Menasse parodie le roman d’éducation avec Don Juan de la Manche. Sa mère juive est envahissante, son père ne pense qu’à jouir de la vie : Nathan tente d’être un Don Juan tout en ne réussissant qu’à apparaître comme un Don Quichotte. Sa vie sexuelle et amoureuse est un... Lire la suite

Libération, 8 septembre 2011, par Mathieu Lindon

Robert Menasse et le Don Juan mal emmanché

C’est compliqué, l’éducation. « Toute l’enfance est une formation pour devenir un enfant parfait. À la fin de l’enfance, on est délivré de cette formation et, en tant qu’enfant formé, on ne doit plus être un enfant. Comme si, après des années d’entraînement intensif au football, on obtenait... Lire la suite