Éloge des voyages insensés
L’Île

Slovo

Traduit du russe par Hélène Châtelain

512 p.

29,41 €

ISBN : 978-2-86432-443-0

Parution : janvier 2008

L’île polaire de Kolgouev est le cœur du récit.
C’est en lui donnant une dimension imaginaire que Golovanov parvient à décrire avec le plus de fidélité cet espace géographique et mental.
Il raconte ses expéditions en mêlant à ses impressions, ses propres sensations, des légendes, des contes, des dialogues, composant ainsi une étrange et puissante partition symphonique qui fait de son livre une sorte d’épopée contemporaine sur les cendres des temps mythiques.
Golovanov ne se limite pas à «  chanter l’espace  » et l’antique horde nomade du Grand Nord – des Nénets en particulier –, il montre les désastres infligés par la civilisation industrielle et le communisme à cette terre et à ses hommes, et la déréliction dans laquelle ils se trouvent aujourd’hui.
Se faire une opinion sur l’originalité de cette prose, seuls peuvent le tenter ceux qui décident, aux côtés de l’auteur, d’entreprendre le voyage.
Vassili Golovanov est né en 1960, il vit à Moscou ou en voyage. «  Depuis l’effondrement du communisme et la chute du Mur de Berlin, dit-il, nous n’avons plus d’ailleurs. C’est cet ailleurs, sans lequel aucune création n’est possible, que nous cherchons. »

 

Cet ouvrage a reçu les prix Laure Bataillon 2008 et Russophonie 2009 pour la traduction.

Lire la brochure du Prix Russophonie, par Gérard Conio.

Extrait

La Petchora est un fleuve très uniforme : des sapins sur une rive, des sables jaunes et froids, une saulaie impraticable sur l’autre. Pourtant, à un endroit, on découvre soudain un paysage qui coupe le souffle : le fleuve franchit trois « portes », creusées dans trois éperons rocheux de la falaise dont les flancs tombent dans l’eau en pointes acérées. La première « porte », la plus proche, est noire, la seconde bleue, la troisième grise. Et au loin, entre le gris des nuages et le gris de l’eau, il n’y a aucune transition visible. Le fleuve semble se jeter dans le ciel. Ou dans la mer. Il emporte là-bas (dans le ciel ou la mer) ceux qui périssent le long de son cours, de fatigue ou d’imprudence… Hommes venus de peuples différents, tous réduits par le fleuve à la même poussière minérale, devenue la substance des rives qui les relie…

Revue de presse

Tank, 20 mars 2015, par Emmanuelle Gautier

C’est un livre millefeuille, un objet littéraire non identifié aux multiples plis et replis : récit de la fuite et de l’épopée intime d’un homme en quête d’un destin, chronique de l’expédition qui s’en suivit sur l’île de Kolgouev, confetti polaire sur la mer de Barents, plongée érudite dans les mythes de l’antique horde nomade... Lire la suite

La Croix, 16 septembre 2010, par Sabine Audrerie

Éloge des libraires insensés

Parmi une foule de libraires passionnés figurent en France quelques « super-indépendants » : des personnalités fortes et généreuses, des lecteurs avant tout. Leur rencontre a valeur de voyage.

Il arrive à huit heures et sa porte reste ouverte jusqu’au soir, trois cent soixante-cinq jours par an depuis treize ans. Quand on lui... Lire la suite

Études, octobre 2008, par Agnès Passot

Vassili Golovanov fut, comme tant d’autres, un Fugitif de la vie ; il a confié à l’île Kolgouev, située dans le Grand Nord, la tâche d’éprouver en lui « la valeur de l’homme qui se mesure à son humanité ». Au cours de son expédition au pays des Nénets, des éleveurs de rennes peu à peu encerclés par... Lire la suite

Le Figaro magazine, 28 juin 2008, par Benoît Laudier

Vassili Golovanov, le fugitif

Né en 1960, inconnu avant la parution de son extraordinaire récit en janvier dernier, l’écrivain russe est la grande surprise littéraire de l’année. Portrait.

« On ne peut pas partir tranquillement ; aucun voyage n’est possible sans une explosion initiale. » Ainsi parle Vassili Golovanov, dont le récit Éloge des voyages insensés est sorti dans... Lire la suite

Paris Match, 12 juin 2008, par Claire Julliard

L’écrivain voyageur existe encore

[…] « Né et grandi dans l’espace du livre, le voyage y retourne », écrit le Russe Vassili Golovanov dans son admirable Éloge des voyages insensés. Histoire d’un moderne Robinson qui sauve son identité par la fuite sur l’île polaire de Kolgouev. La réalité de l’expédition se mêle à l’imaginaire, le voyage prend un tour... Lire la suite

Télérama, 10 mai 2008, par Nathalie Crom

À l’extrême nord de la Russie, dans la mer de Barents, il est une île « presque ronde ; légèrement relevée sur les côtés comme une pièce de monnaie ancienne et usée. Verte : relief de plaine. Et aussi, quelques rivières, quelques lacs, des collines. D’étranges étendues de sable… » Cet âpre bout de terre émergée, tout près du... Lire la suite

Théâtre et balagan, blog de Rue 89, 10 janvier 2008, par Jean-Pierre Thibaudat

Lire l’article

L’Humanité, 28 février 2008, par Alain Nicolas

Une île rendue au rêve

Une expédition aux confins de l’arctique russe explore les racines du goût de l’homme pour les lointains.

« Elle n’existe pas, ton île ! » Et il est vrai qu’à écouter Vassili, le narrateur, parler sans cesse du voyage qu’« un jour » il fera, on se prend à douter non seulement de sa... Lire la suite

Transfuge, janvier 2008, par Fabrice Lardreau

Les horizons Golovanov

Dans son Éloge des voyages insensés, Vassili Golovanov emmène le lecteur dans le Grand Nord. Une expédition riche de sens au cœur du monde intérieur de l’écrivain et des hostiles paysages polaires.

Éloge des voyages insensés est un livre rare. Premier ouvrage de Vassili Golovanov traduit en français, il relate les trois séjours que... Lire la suite

La Quinzaine littéraire, 16 février 2008, par Christian Mouze

L’énergie de vivre et d’écrire

Ce à quoi tient l’enchantement d’Éloge des voyages insensés, c’est précisément à la vie des mots et celle-ci à la vie tout court. Vassili Golovanov participe de ce mouvement de retour à soi de la Russie, et son récit se lit aussi bien sous l’angle de l’homme déchiré qui veut se... Lire la suite

Tageblatt, janvier 2008, par Laurent Bonzon

Chercher l’ailleurs

« Ce qui différencie la jeunesse de l’âge adulte, c’est que l’adulte tente de donner une cohérence à tous les événements de sa vie. Puis, un beau jour, il se rend compte que, tel le roi sur l’échiquier, l’imprévisible le cerne et que pour éviter le mat, il doit accomplir un acte très précis.... Lire la suite

Livres hebdo, 4 janvier 2008, par Jean-Maurice de Montremy

Où trouver des ailleurs quand tous les voyages sont possibles et toutes les terres connues ? La quête de Vassili Golovanov passe par une île polaire à l’abandon. Et mène de surprise en surprise.

Vassili Golovanov avait 29 ans lorsque le Mur tomba. Encore quelques années : les frontières s’ouvriraient. Comme beaucoup de jeunes Russes, Golovanov... Lire la suite

Radio et télévision

La Grande Librairie, par François Busnel, avec Pierre Landry de la librairie Préférences à Tulles, France 5, jeudi 19 novembre 2009 à 20h35
Au plaisir d’insolence, par Elisabeth Antébi, avec Vassili Golovanov et Hélène Châtelain, Canal Académie, dimanche 18 janvier 2009
Les Mardis littéraires, par Pascale Casanova, avec Hélène Châtelain, France Culture, mardi 1er avril 2008 à 10h

Annexes

En d’autres langues

 

Die Insel oder Rechtfertigung des sinnlosen Reisens, Aus dem Russischen von Eveline Passet, Berlin, Matthes & Seitz, 2012