Jean-Louis Comolli


Corps et cadre

Cinéma, éthique, politique

Collection : Art, architecture, cinéma

608 pages

35,50 €

978-2-86432-675-5

mars 2012

Le cinéma cadre les corps. Et l’histoire du cinéma pourrait se raconter comme le désir de ces corps d’être cadrés – mais aussi comme leur résistance à se soumettre tout entiers à la discipline du cadrage.
Car le cadre est une pression que le corps filmé désire mais aussi subit. Les bords du cadre, qui séparent le visible du non-visible, sont les agents de cette lutte des corps dans les cadres. Entrant et sortant du cadre, le corps filmé affirme les enjeux du hors-champ.
Il s’agit donc de reprendre l’histoire du cinéma comme histoire politique au plus près des corps, de leur soumission ou de leur liberté. Du corps acteur comme du corps spectateur : l’un et l’autre invités à la liberté du hors-champ, à ne pas tout céder à l’empire du spectacle.
Jean-Louis Comolli prolonge la remise en jeu de l’histoire du cinéma entamée dans Voir et pouvoiret réunit dans Corps et Cadre ses textes critiques et théoriques parus entre 2004 et 2010.
La question du hors-champ est le fil rouge qui court à travers les films étudiés ici, de Louis Lumière, S.M. Eisenstein, Luis Buñuel, Pedro Costa, Raymond Depardon, John Ford, Chris Marker, Abbas Kiarostami, Ginette Lavigne, Jean Renoir, Jean Rouch, Claudio Pazienza, Frederic Wiseman, Jia Zang Khe… En ce temps de surexposition médiatique, la part de l’ombre, sauvée par le cinéma du hors-champ, est devenue un enjeu esthétique – et politique – majeur.