Correspondance avec Alexandre Soljenitsyne et Nadejda Mandelstam

Verdier/poche

Traduction du russe par Francine Andreieff, relue par Luba Jurgenson

224 p.

10,60 €

ISBN : 978-2-37856-020-1

Parution : avril 2019

(collection d'origine : Slovo)

Libéré en 1951 après avoir traversé l’expérience des camps les plus durs du stalinisme (notamment les terribles gisements d’or de la Kolyma), Chalamov entreprend avec une ardeur farouche de renouer – à travers son œuvre, mais aussi grâce à une foisonnante correspondance – les liens rompus avec la vie et la création.
L’interlocuteur privilégié est d’abord Alexandre Soljenitsyne. Chalamov confronte, avec celui qui défia aux yeux du monde le système communiste, sa vision de l’internement concentrationnaire. Il rend hommage à Une journée d’Ivan Denissovitch qui vient alors de paraître, mais il n’en dispute pas moins avec son auteur de tous les détails qui font la force, la vérité du témoignage et la nouveauté d’une écriture.
Jugeant cette terrible traversée comme un temps absolument funeste, il définit ce que signifie dès lors à ses yeux écrire sur les camps et fait ainsi apparaître, entre lui et le grand prophète slavophile, une fracture qui est encore aujourd’hui au cœur d’une vive polémique.
Dans ses échanges avec Nadejda Mandelstam (la compagne fidèle du grand poète), Chalamov exprime son enthousiasme pour son livre Contre tout espoir, large fresque parcourant le monde artistique du xxe siècle russe. Ainsi naît une grande amitié, dont témoignent ces lettres. Quelques envois à des amis du camp viennent compléter le volume.

Revue de presse

Le Matricule des anges, 20 novembre 1995, par Éric Naulleau

Avec mon pire souvenir

Varlam Chalamov (1907-1982) restera dans ce siècle comme l’auteur du chef-d’œuvre de la « littérature concentrationnaire » et peut-être de la littérature tout court : les Récits de Kolyma (La Découverte/Fayard 1986). Pour y évoquer ses dix-sept années passées au cœur même de l’enfer stalinien – les mines d’or du Grand Nord soviétique – l’enfant de Vologda usa d’une encre indélébile,... Lire la suite

La Quinzaine littéraire, par Christian Mouze

Écriture et camps

Une partie de la correspondance de Varlam Chalamov (1907-1982), surtout adressée à Soljenitsyne et à Nadjeda Mandelstam. Toutes les réponses n’y sont pas, notamment celles de Soljenitsyne qui n’a pas donné son autorisation. L’ensemble n’en constitue pas moins une réflexion cohérente sur l’écriture que Chalamov n’entend pas séparer de l’expérience des camps.... Lire la suite

Radio et télévision