Francesco Biamonti


Le Silence

Collection : Terra d’altri

Traduit de l'italien par Carole Walter

64 pages

8,62 €

978-2-86432-430-0

février 2005

Le Silence est l’ultime texte de Francesco Biamonti. Il comporte vingt-neuf feuillets dactylographiés qui constituent l’embryon du roman auquel travaillait l’écrivain juste avant sa mort.

C’est l’histoire d’une rencontre et d’un amour – noyau d’un récit plus ample qui, d’après Biamonti lui-même, devait « raconter les désastres des idéologies moribondes ».

Sur fond de paysage franco-ligure, plein de « choses détruites, et d’autres en voie d’extinction », se dessine un rapprochement (im)possible entre deux êtres :

Edoardo, qui a passé sa vie en mer en rêvant de la terre ferme, et Lisa, une femme très belle et ambiguë, qui a perdu son mari terroriste à l’âge de vingt ans et s’occupe d’une amie malade, Hélène.

Les deux destins d’Edoardo et de Lisa se croisent et s’entremêlent (vers quelle fin ? nous ne saurons jamais), jusqu’à cette soirée « transgressive », évoquée à la fin, et qui nous laisse sur le mystère du sexe et de l’amour.

Lisa revint trois jours plus tard, le soir. Le violet brûlait sur les précipices, les unissait à la mer, enveloppait toute l’olivaie. Le vent secouait les branches, mais elle ne semblait pas avoir froid ; juste plus profond le bleu de ses yeux, plus nue sa peau nue ; elle disait qu’Hélène avait été hospitalisée : cela faisait trop de jours qu’elle ne touchait plus à la nourriture, elle voulait cesser de vivre.

— Vous allez vous demander pourquoi je suis venue à cette heure-là.

Edoardo dit qu’elle avait bien fait de venir, et qu’il l’attendait. Ils entrèrent dans la maison, firent un feu dans la cheminée, avec du bois de chêne et d’olivier.

— Le meilleur bois, c’est le chêne vert, quand il est bien sec. Mais c’est quoi cette histoire de ne plus vouloir vivre ?

— Trop de remords !

Il attendait qu’elle continue.

— J’ai bien vu qu’elle n’allait pas bien, dit-il pour l’aider.

— Elle n’en pouvait plus de soutenir l’homme qu’elle aimait, elle l’a quitté.

Livre et lire, mensuel du livre en Rhône-Alpes, avril 2005, par Vincent Raymond

Lire l’article