Le Journal de Tosa

Littérature japonaise

Présenté et traduit du japonais par René Sieffert

96 p.

13,50 €

ISBN : 978-2-86432-977-0

Parution : mai 2018

Le vingt et unième jour de la douzième lune de l’an quatre (soit en l’an 935), un gouverneur de la province de Tosa quitte sa résidence officielle pour regagner la capitale. Il lui faudra cinquante-cinq jours pour couvrir les 400 kilomètres qui séparent cet endroit, situé sur la côte méridionale de l’île de Shikoku, de l’actuelle Kyoto, la Ville par excellence. Ce gouverneur est le célèbre poète de ce temps, Ki no Tsurayuki.

Le voyage par mer est long, semé d’embûches, coupé de banquets dans les ports d’escale. Si les nuages sont bas, le vent trop violent, on reste à quai et l’on s’ennuie. Les femmes même et aussi les enfants, le capitaine du bateau, les visiteurs, tous mangent et boivent beaucoup, mais surtout écrivent et disent des poèmes.

C’est ce voyage que, audacieusement, Ki no Tsurayuki décrit dans la langue des femmes en prétendant être l’une d’elles, supercherie qui sera vite découverte !

Revue de presse

Radio et télévision

Annexes

Les pages de l’Anthologie de la littérature japonaise (1910), de Michel Revon, sur le Journal de Tosa.

 

Un extrait de Philippe Forest, « Le chemin du revenir. Quatre notes posées en marge du Journal de Tosa » (A. Montandon (dir.), De soi à soi, l’écriture comme autohospitalité, PU Blaise-Pascal, 2004, p. 205-220).