Collection : Der Doppelgänger

Traduit de l’allemand par Uta Müller et Denis Denjean

256 pages

15,22 €

978-2-86432-300-6

février 1999

Le narrateur de ce livre a quitté Masante, sa maison près d’Urbin, en Italie, pour s’installer à Meona, « lieu provisoire et millénaire aux confins du désert ». Venu là pour tenter d’ordonner ses souvenirs, il ne parviendra pas à tirer d’eux une histoire : comment, après Auschwitz, se laisser encore porter par le fil d’une histoire ? Comment, entre tant d’histoires qui le hantent, choisir la fable qui résumerait toutes les autres ? entre tant de visages perdus, le héros qui rendrait justice aux souffrances des victimes sans paraître les justifier ? Réfugié à L’Auberge de la Dernière Chance, l’homme qui parle dans ce livre parcourt le labyrinthe de la culture occidentale pour en dresser l’inventaire désespéré, cependant qu’une voix féminine, celle de Maxine, la femme de l’aubergiste, lui répond en accumulant à l’infini des anecdotes qui sont comme le souvenir d’une époque révolue, celle de la fiction heureuse. Entre dérision et tragédie, Masante est un livre unique dans la littérature allemande de l’après-guerre, un texte inclassable qui tient du journal, du roman et de l’essai, où s’invente à chaque page une écriture d’une intensité bouleversante.

 

Cet ouvrage a reçu le Prix AU•TR•ES de Rhône Alpes 1999.