Thomas Hürlimann


Quarante roses

Collection : Der Doppelgänger

Roman. Traduit de l’allemand (Suisse) par Fedora Wesseler

320 pages

18,00 €

978-2-86432-851-3

janvier 2016

« Nous avons commis une faute, une faute grave, la plus grave : nous avons défié le Temps. Nous avons essayé de retenir son cours. Et à présent, Max, à présent, il nous montre son pouvoir ! »

Ainsi s’adresse, en son for intérieur, Marie Minet à son mari, Max Meier, un politicien suisse en vue dont la carrière a absorbé toute son énergie, la conduisant à renoncer à sa vocation de pianiste pour jouer le rôle de first lady idéale. Chaque année, au cours d’une fête dans un grand hôtel, Max contraint Marie à accepter pour son anniversaire un bouquet de quarante roses, comme si elle avait toujours quarante ans : aussi la comédie devient-elle chaque année un peu plus dérisoire et un peu plus cruelle. À la fin de ce roman, elle atteindra à l’intolérable.

Au cours de cette soirée, c’est toute la vie de Marie qui défile dans sa mémoire, mêlée à la légende de sa famille, une dynastie de grands couturiers juifs originaires d’Europe centrale. Mais laquelle des deux Marie est la vraie ? Celle du miroir, Marie Meier, toujours en représentation, ou la « Marie-Étoile », Marie Minet, qui conserve comme un trésor le souvenir des histoires du passé ?

L’auteur, en grand romancier, laisse chaque lecteur libre de juger.

Libération, 25 juin 2016, par Natalie Levisalles

La mariée était en miroir

Joies et renoncements d’une épouse de politicien suisse par Thomas Hürlimann

Lire l’article

Le Temps, 20 février 2016, par Stéphane Maffli

Avec style, Thomas Hürlimann raconte le déclin d’une famille de couturiers juifs.

Lire l’article

remue.net, 15 février 2016, par Claudine Galea

Le bouquet empoisonné de Thomas Hürlimann

Lire l’article