Des femmes disparaissent
Une enquête de Zuo Luo

Collection jaune

192 p.

16,23 €

Epub : 10,99 €

PDF : 10,99 €

ISBN : 978-2-86432-631-1

Parution : janvier 2011

Il a suffi de quatre Japonais dans un bar enfumé de Guangzhou pour activer chez le détective privé Zhu Wenguang – dit « Zuo Luo », ou encore « Zorro » – la lointaine mécanique des souvenirs.
De la belle Yatsunari Sesuko, qui a fini sa vie cloîtrée dans un temple bouddhiste, à la timide Zheng Leyun dont la famille fut massacrée pendant la Révolution culturelle, en passant
par la délicieuse Yang Cuicui jadis maltraitée par son yakusa de mari, les destinées tragiques des trois femmes de sa vie se répondent, et le convoquent soudain.
Ce sera d’abord dans le Chinatown new-yorkais, puis dans l’extrême nord du Japon, aidé par une medium, un chien errant et une enfant perdue, qu’il devra tenter de démêler l’écheveau des souvenirs, au rythme lancinant d’un road movie existentiel bercé de contes traditionnels et de musiques chinoises.

 

Cet ouvrage a reçu le Prix Roland de Jouvenel 2012.

Extrait

Très brève histoire de Michele Chen
et du chien Vieux-Fang, racontée par Zhu Menfei
à son cousin Zhu Wenguang, dit Zuo Luo

 

La femme de Frederic Chen, Michele, était une voyante assez réputée, qui un jour qu’elle déjeunait ici avec son mari et son fils James Edward, s’était arrêtée sur le pas de la porte d’entrée, les yeux fixés sur ce chien qui depuis des années vivait dans le quartier, ayant toujours réussi à déjouer les plans des services de la fourrière, se nourrissant des restes chipés ici et là dans les poubelles autour des restaurants, qui heureusement pour lui ne faisaient pas défaut dans le quartier. Frederic et le petit James Edward étaient venus s’asseoir sans plus se soucier de leur épouse et mère, et au regard interrogateur de Zhu Menfei sur sa femme, Frederic avait répliqué que cela lui arrivait parfois, elle était sans doute en conversation muette avec le chien, il ne fallait pas s’inquiéter, elle allait les rejoindre d’ici quelques minutes. Elle est medium, vous comprenez, s’était excusé Frederic, elle a accès à des réalités que nous ne voyons ni vous ni moi. Mais cela n’a aucune importance, je vous assure, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez prendre la commande en attendant. Pendant ce temps, Michele Chen était figée sur le trottoir, face au chien qui lui non plus ne bougeait pas, chacun ayant les yeux muettement plongés dans le regard de l’autre. Les gens faisaient mine de ne pas les remarquer, ou les contournaient en examinant bizarrement ce tableau d’une femme jolie, élégante et richement vêtue figée face à un vieux chien miteux. Au bout de quelques minutes, Michele Chen était à son tour entrée dans le restaurant et avec un sourire gracieux s’était assise à la table de son mari et son fils comme si de rien n’était. Menfei était debout à côté d’eux, en train de noter sur son calepin « oreilles de porc marinées au concombre, raviolis au curcuma, pattes de canard gluantes ». Il m’a parlé de lui, avait-elle dit à son mari, sans prendre la peine de chuchoter, apparemment pas gênée du tout que Menfei entende ses propos. Qui t’a parlé de qui ? avait demandé Frederic. Le chien, avait insisté Michele, il m’a parlé de lui. Il y a une quinzaine d’années il s’appelait Fang Zhubei, on le surnommait Vieux-Fang, il vivait en Chine dans la ville de Deyang, tu connais ?

Revue de presse

Valeurs actuelles, 16 juin 2011, par Bruno de Cessole

Il se nomme Zhu Wenguang, alias Zorro, surnom que lui ont valu sa ruse, sa détermination, et ses exploits au service des opprimés. Sa spécialité : délivrer les jeunes femmes vendues par leur famille à des maris qui les traitent comme des marchandises et les brutalisent. Parfois en faisant intervenir la police, mais le plus souvent... Lire la suite

Le Choix des libraires, 27 avril 2011, par Diane Schittenhelm et Clo Brion

Lire l’article

Lire au jardin… ou ailleurs, 8 avril 2011, par Martine Rieffel

Lire l’article

Tageblatt, mars 2011, par Laurent Bonzon

Bons baisers de Guangzhou. Un roman chinois de Christian Garcin

Après La Piste mongole, Christian Garcin poursuit avec bonheur sa double vie romanesque en Extrême-Orient, dissimulé à moitié derrière l’un de ses personnages. À la fois récit initiatique, subtil roman à tiroirs et enquête policière, Des femmes disparaissent met en scène un détective redresseur de torts, Zhu Wenguang – dit... Lire la suite

La Marseillaise, 20 mars 2011, par Claudine Galéa

Zorro en Chine

Fabuleux. Deux livres de Christian Garcin à l’intention des adultes et des enfants. Où les animaux parlent comme les hommes, où les hommes se transforment parfois en animaux.

Christian Garcin s’intéresse depuis longtemps à la Chine, sa littérature, son art, sa philosophie, sa culture. Son mélange de sagesse et d’ironie. Il... Lire la suite

Télérama, 26 février 2011, par Nathalie Crom

Sélection Télérama/France Culture : Des femmes disparaissent de Christian Garcin

Ce n’est pas la première fugue chinoise que s’offre Christian Garcin. Il y a onze ans, Le Vol du pigeon voyageur, son premier roman – il avait publié auparavant des poèmes, des essais littéraires, des récits –, déjà l’avait emmené en Chine, et déjà sur les traces d’une femme disparue, en l’occurrence la... Lire la suite

L’Express, 9 février 2011, par François Busnel

Le Zorro chinois de Christian Garcin

Christian Garcin nous entraîne sur les talons d’un zorro chinois pour un road-movie noir et musical.

Est-ce un roman policier ? Est-ce un conte moderne ? Les deux. Et rien de tout cela. Christian Garcin, véritable manieur de rêves, emprunte aux différents genres littéraires pour créer le sien, où se... Lire la suite

Chronique inédite, février 2011, par Jean-Baptiste Harang

Christian Garcin est né à Marseille en 1959 et y vit toujours, attaché à sa ville comme la balle au jeu de Jokari, par un élastique. Il attend le coup de raquette qui va l’envoyer dinguer au bout du monde, ou sur ce quai « M » de la gare de Lyon, dans le froid vivifiant d’un... Lire la suite

Le Matricule des anges, février 2011, par Pascal Jourdana

Jeux de miroirs chinois

Une quête mémorielle menée par un détective de roman, lui-même inventé par un écrivain de roman, dans un récit ludique et savoureux de Christian Garcin.

Le détective privé Zhu Wenguang, surnommé Zuo Luo, ou Zorro, a une spécialité : sauver les « jeunes femmes des campagnes pauvres vendues de force à d’autres... Lire la suite

Zibeline, février 2011, par Aude Fanlo

La clé des songes

Zuo Luo, Zorro chinois, est inspiré d’une réalité sombre de la Chine : un curieux justicier libère les femmes qui, vendues par leur famille pauvre, sont ensuite séquestrées et battues par leurs maris. Mais il apprend au cours de l’histoire qu’il est lui-même le personnage du jeune chaman écrivain du précédent roman... Lire la suite

Le Magazine littéraire, février 2011, par Jean-Baptiste Harang

Tribulations en Chine

Certains livres, comme des contrats d’assurance, doivent être lus avec attention, de toutes petites lignes contiennent parfois d’importantes informations qui pourraient se retourner contre vous lorsqu’il sera trop tard. Ici, dans le bas de la page 8, à gauche, avant même le prologue, on peut, on doit, à l’aide d’une loupe, lire... Lire la suite

Lire, février 2011, par Christine Ferniot

Trois femmes et un détective

Entre Asie et Occident, rêve et réalité… Décidément Christian Garcin sait brouiller les pistes de l’enquête.

À Guangzhou, le détective privé Zhu Wenguang, alias Zuo Luo ou Zorro, a horreur qu’un type gras, en bas de survêtement Adidas et tricot Nike, le bouscule. Surtout lorsqu’il pue la transpiration. Que... Lire la suite

Let’s motiv (Nord et Belgique), février 2011, par Marie-Lucile Kubacki

Le Zorro de Christian Garcin n’a ni cape ni sombrero. Il tient autant du renard que de Robert de Niro et s’appelle Zhu Wenguang, profession détective privé. La nuit, il enlève des jeunes femmes mariées de force dans les campagnes pauvres de la Chine pour leur rendre la liberté. Le jour, il trinque avec un... Lire la suite

L’Humanité, 27 janvier 2011, par Alain Nicolas

L’arrière-pays chamanique du vrai faux roman policier

Un Zorro chinois détective privé, libérateur de femmes martyrisées, dernière incarnation des héros polymorphes de Christian Garcin, au mieux de sa forme.

Filles vendues par leurs parents, femmes battues, séquestrées par leur mari, espionnées par leur belle-famille et peut-être même leurs voisins, adolescentes enlevées rendues dociles par... Lire la suite

Point de vue, 19 janvier 2011, par J. C.

Fantômes chinois

Zhu Wenguang, dit « Zuo Luo », ou encore « Zorro », exerce une activité particulière. Il sauve de jeunes épouses, vendues par leurs parents, puis maltraitées par leur mari. Un soir, il repense à trois femmes. Une amie d’enfance, et deux femmes sauvées par ses soins. Leurs parcours ressemblent à des contes, s’imbriquant les uns dans... Lire la suite

Le Canard enchaîné, 5 janvier 2011, par André Rollin

Ombres chinoises au Japon

Avec Des femmes disparaissent, Christian Garcin, de la Chine au Japon, en passant par New York, mène un éclatant devoir de vengeance.

Tel Zorro, Zhu Wenguang, Chinois au cœur blessé, va sauver la femme bafouée. Son rôle : dénicher les endroits où sont « séquestrées les jeunes femmes des campagnes pauvres vendues de force... Lire la suite

Biblioteca magazine, janvier 2011

Zhu Wenguang, dit Zorro, est un détective privé dont la spécialité consiste à secourir les jeunes femmes vendues par leurs parents dans les campagnes pauvres du sud de la Chine et qui, maltraitées par leurs maris, s’en remettent à lui pour les libérer. Mais cette fois, c’est bien au-delà du sud de la Chine qu’il... Lire la suite

Livres hebdo, 3 décembre 2010, par Alexandre Fillon

Les belles disparues

Originaire de la province de Sichuan au centre-ouest de la Chine, Zhu Wenguang a d’abord été vigile dans un magasin de prêt-à-porter de Deyrang. Au fil des années, le héros du désopilant nouveau roman de Christian Garcin s’est transformé en un efficace justicier opérant dans l’ombre. Surnommé « Zuo Luo, ou Zorro, du... Lire la suite

Radio et télévision

« Pop corner », par Frédéric Pommier, France Inter, vendredi 4 juin 2011, de 17h50 à 18h
« Du jour au lendemain », par Alain Veinstein, France Culture, lundi 18 avril 2011, à 23h30
« La Grande Table », par Caroline Broué et Hervé Gardette, France Culture, mercredi 2 mars 2011, à 12h45
« Entre les lignes », par Christine Gonzalez et Jean-Marie Félix, Radio Suisse Romande, Espace 2, mercredi 2 mars 2011, à 11h
« Complètement livre », par Willy Persello, Fréquence Protestante, samedi 26 février 2011
« Les livres ont la parole », par Bernard Lehut, RTL, dimanche 13 février 2011, à 12h50
« La Grande Librairie », par François Busnel, France 5, jeudi 27 janvier 2011, à 20h35
« Culture vive », par Pascal Paradou, RFI, vendredi 21 janvier 2011, à 9h30
« Dans quelle éta-gère… », par Monique Atlan, France 2, mercredi 12 janvier 2011, à 9h05, avant le journal de la nuit et à 5h50

Annexes

Traductions

Desapareixen dones, Traduït per David Ilig, Barcelona, Club editor, 2011