Carnet de notes, 1980-1990

Collection jaune

960 p.

35,50 €

Epub : 21,99 €

ISBN : 978-2-86432-466-9

Parution : mars 2006

Nulle désillusion ne se compare à celle que la génération d’après-guerre a connue. Au printemps des années soixante a succédé l’hiver, qui dure encore, des années quatre-vingt. Les grandes espérances ont pâli, la vie perdu la saveur qu’on lui trouvait.
Le changement d’horizon, la fin d’une époque, c’est à l’échelle des heures, dans le détail de l’expérience personnelle qu’on en prend la mesure.
Ces notes, prises au jour le jour, depuis vingt-cinq ans, accusent avec les progrès de l’âge, l’érosion du bonheur qui avait été donné, pour commencer.

Extrait

Je 3.11.1983

Les congés de Toussaint s’achèvent. Ils me laissent des remords. J’aurais pu avancer plus. Mais j’ai soudé. Nous avons eu de la visite. C’est maintenant que je comprends l’œuvre et la vie de Proust. L’essentiel m’échappait, il y a quinze ans, lorsque je le lisais parce que j’en avais dix-sept ou dix-huit et qu’à cet âge, on n’a pas duré assez. Maintenant, je sais ce que sont les miracles de l’enfance, le temps perdu, les jours tardifs, hâtés, harassants dans lesquels on entre, la maladie, l’éventualité chronique de la mort avec lesquelles on lutte de vitesse, la tentation de lâcher la plume, de quitter le papier tant on est inégal à la tâche, dépassé par l’objet.
Je passe la matinée à préparer les cours, à dépêcher un fade reliquat de copies. Une anxiété m’a pris à l’idée de recommencer. Je m’exagère les difficultés, les fatigues du métier dès que j’en suis éloigné. Jean fait une bronchite et reste à la maison.
Au collège, dans mon casier, deux Carabes, dont Chrysotribax hipanicus, présents de la principale qui les a trouvés dans son jardin, en Lozère. J’expédie mes deux heures, fonce jusqu’à la maison pour y prendre Jean, de là à l’arrêt du bus pour attraper Paul et tous les trois chez le docteur. Il est plus de six heures lorsque nous rentrons. Je fais faire son piano à Jean, dessine des « voitures de police » pour Paul. Je suis si fatigué, après ça, que je ne trouve pas le courage de reprendre la plume.
La vigne vierge a viré au rouge, d’un coup, et les étourneaux viennent manger ses grains.

Revue de presse

Études, novembre 2006, par Véronique Petetin

Le silence de la Corrèze, la profondeur de la brume ou des ruisseaux, mais aussi le gris du RER, le labeur de l’enseignement et des conseils de classe : le Carnet de notes de Pierre Bergounioux, plus exactement son journal sur une décennie, force la patience du lecteur, vertu si rare dans la littérature actuelle. Penser et classer... Lire la suite

Indications, mai 2006, par Eddy Vannerom

Dans le flux mêlé des jours…

Tenir un journal. Enregistrer, afin qu’il en subsiste une trace, le cours ordinaire des choses et le clair obscur de notre existence. Tenter d’en comprendre le sens et même quelquefois, de fixer sur la blancheur neutre d’une page ce que le versant nocturne de notre vie nous donne à... Lire la suite

Le Mensuel littéraire et poétique, juin 2006, par Christophe Van Rossom

Le métier de vivre : Pierre Bergounioux diariste

Au fond, qu’est-ce qu’un journal pour un écrivain, sinon la matérialisation quotidienne d’un effort produit en vue de combattre le Temps ? Qu’un refus obstiné que tout ce qui a traversé nos jours avec une ferveur noire ou lumineuse, de façon intense ou plus anecdotique, se perde à jamais... Lire la suite

L’Humanité, 18 mai 2006, par Jean-Claude Lebrun

Le dur métier de vivre

L’œuvre cardinale de Pierre Bergounioux. Un journal de mille pages qui nous plonge plus intimement dans l’histoire de cet auteur en mal de vivre.

Il aura fallu deux mois pour traverser l’épaisseur de ces mille pages. À ce long récit précis des jours et des heures, à ces sombres... Lire la suite

La Quinzaine littéraire, 15 avril 2006, par Tiphaine Samoyault

Le plus intime

Le plus intime n’est peut-être pas, comme on le croit souvent, le secret, le caché ou ce qui, pour des raisons de convenances ou de discrétion, reste en soi et pour soi. Le plus intime, c’est peut-être cette surface de la vie commune et sans relief qu’il faut creuser pour comprendre... Lire la suite

Le Magazine littéraire, avril 2006, par Pierre Lepape

Pierre Bergounioux, l’art de l’intranquillité

Le titre, Carnet de notes, est trompeur : loin d’être une suite d’observations anecdotiques, le journal de Pierre Bergounioux est un veritable exercice de réflexion, un travail d’écriture, mené contre l’inquiétude d’être soi.

Lorsque Pierre Bergounioux entreprend la rédaction de son journal, le 16 décembre 1980, il a 31 ans et ne... Lire la suite

Lire, avril 2006, par Baptiste Liger

Pierre Bergounioux « L’entomologiste des mots »

Le monde de Pierre Bergounioux recèle des trésors : collections d’armes, de papillons, de masques africains… Il décore sa maison avec des objets hétéroclites, qu’il a parfois fabriqués lui-même, avec la même précision et le même soin qu’il met à ciseler chaque phrase de ses livres.

Un pavillon sur les... Lire la suite

La Montagne, 26 mars 2006, par Daniel Martin

Bergounioux au jour le jour

Passionnant comme un roman, riche de mille pensées, un journal comme un livre de chevet.

Pourquoi lire ce journal épais, lourd, pas très avenant ? Vouloir ainsi parcourir dix ans de la vie d’un homme ? Parce que cet homme est un auteur des plus importants, c’est tout simple. Si bien... Lire la suite

La Liberté, 18 mars 2006, par Alain Favarger

Du bonheur et de son érosion

Entre tourments et exaltation, l’écrivain tient son journal depuis vingt-cinq ans. Une quête intérieure au plus près de la nature, d’un désir de savoir et de cohérence.

Natif de Brive-la-Gaillarde, il nous frappe par son visage buriné, comme taillé au silex. Et une tête qui aurait pu inspirer... Lire la suite

Libération, 16 mars 2006, par Jean-Baptiste Harang

Bergounioux collection privée

Pierre Bergounioux publie les dix premières années de son journal (1980-1990).

« Ma 16. 12. 1980. Levé avec une heure de retard. Paul, qui pousse une dent, nous a tenus éveillés longtemps cette nuit. Commandé L’Histoire universelle des explorations. Ce cahier parce que je sens que s’effacent, à peine posées, les touches légères... Lire la suite

Livres hebdo, 10 mars 2006, par Alexandre Fillon

Au jour le jour

Pierre Bergounioux publie ses carnets de notes en un volume imprimé sur papier bible par Verdier. Un passionnant journal tenu entre 1980 et 1990.

Pierre Bergounioux n’y va pas par quatre chemins. Le voici qui vous pose tranquillement sur la table un fort volume de neuf cent cinquante et une... Lire la suite

Le Monde, 3 mars 2006, par Patrick Kéchichian

« J’ai parié sur la raison »

Entretien avec Pierre Bergounioux. Propos recueillis par Patrick Kéchichian.

L’auteur de La Mue et de La Mort de Brune publie son Journal de la décennie 1980-1990. À cette occasion, nous l’avons interrogé sur ce qu’il considère comme la « mission » de la littérature, sœur cadette de l’histoire.

De Pierre Bergounioux, il faudrait pouvoir retranscrire... Lire la suite

Radio et télévision

« Surpris par la nuit », entretien avec Alain Veinstein, France Culture, lundi 17 avril 2006 à 22h30

« Le Bateau livre », France 5, dimanche 2 avril à 10h, entretien avec Frédéric Ferney

« Tout arrive ! », par Arnaud Laporte, France Culture, vendredi 17 mars 2006 à 12h30

« Les Mardis littéraires », par Pascale Casanova, France Culture, mardi 7 mars 2006 à 10h