entre_les_deux_il_n_y_a_rien
Entre les deux il n’y a rien

Collection jaune

144 p.

14,00 €

Epub : 8,99 €

PDF : 8,99 €

ISBN : 978-2-86432-803-2

Parution : août 2015

À l’orée des années soixante-dix, à Paris, à Rome, à Berlin, les mouvements de contestation nés dans le sillage des manifestations étudiantes de 68 se posent tous peu ou prou en même temps la question du recours à la lutte armée et du passage à la clandestinité. S’ils y répondent par la négative en France, ce n’est pas le cas en Allemagne ni en Italie, mais pour les trois pays s’ouvre une décennie de violence politique ouverte ou larvée qui laissera sur le carreau des dizaines et des dizaines de morts, sans compter ceux qui, restés vivants mais devenus fantômes, s’en sont allés peupler les années quatre-vingt de leurs regrets, leurs dépressions ou leur cynisme.

Témoin de cette décennie de rage, d’espoir et de verbe haut, le narrateur s’éveille au désir et à la conscience politique, qui sont tout un, mais quand son tour viendra d’entrer dans le grand jeu du monde, l’espoir de ses aînés se sera fracassé sur les murs de la répression ou dans des impasses meurtrières. Il aura pourtant eu, dans un bref entretemps, loisir de s’adonner aux très profonds bonheurs comme aux
grandes détresses de la politique et du corps aux côtés de tous ceux qui, de Berlin à Bologne, de Billancourt à Rome, de Stammheim à Paris, tentèrent de combattre les forces mortifères qui, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, s’attachèrent à faire de l’Europe le continent à bout de souffle où nous vivons encore.

Extrait

 

 

Entretien croisé avec Christophe Manon, animé par Guénaël Boutouillet, à Vents d’Ouest, Nantes, novembre 2015, à écouter ici.

Revue de presse

Zibeline, avril 2016, par Marion Cordier

Le temps, le corps et le monde

Entre les deux il n’y a rien et Lisières du corps, deux livres avec force, souffle et faconde que nous livre l’écrivain Mathieu Riboulet.

«Le sexe, ça n’est pas séparé du monde »

Entre les deux il n’y a rien parcourt une décennie (1968-1978) pendant laquelle l’auteur-narrateur... Lire la suite

Témoignage chrétien, 14 janvier 2016, par Arnaud de Montjoye

Convoquer les histoires…

Pas loin du début, le narrateur prévient : « La chronologie est une fiction. Une balle tirée à bout portant en pleine rue. » Et les histoires qu’il dit, entre « le vieux monde de derrière toi » que tentent de fracasser les années 1970 et le nouvel ordre mondial des années... Lire la suite

La Nouvelle Revue Française, janvier 2016, par Stéphanie Cochet

De l’assassinat de Benno Ohnesorg par la police en 1967 à celui d’Aldo Moro par les Brigades rouges en 1978, l’Europe, dite en paix, a connu une déflagration de violence, laissant sur le carreau de la prospérité des corps par dizaines. Des hommes et des femmes ont choisi de riposter. Dans Entre les deux il... Lire la suite

La Voix du Nord, 25 décembre 2015, par C.P.

C’est le livre de deux embrasements. L’embrasement de l’Europe au début des années 70, mouvements de contestation nés de 68 à Berlin (Fraction armée rouge), à Rome (Brigades rouges) et à Paris (Action directe), bientôt plongés dans l’impasse de la violence, celle des révolutionnaires eux-mêmes et celle d’une répression impitoyable. Et l’embrasement des sens, libération... Lire la suite

Cahiers du cinéma, 1er décembre 2015, par Jean-Philippe Tessé

À partir du cinéma politique des années 70 Entretien avec Alban Lefranc et Mathieu Riboulet

La sortie d’Une jeunesse allemande de Jan-Gabriel Périot a remis sur le feu l’effervescence du cinéma militant des années 70, tel que le pratiquaient aussi des jeunes gens qui n’allaient pas tarder à glisser vers la lutte armée. Deux livres... Lire la suite

L’Alsace, 23 novembre 2015, par Jacques Lindecker

Jours de rage

Lire l’article

Culturebox, Des mots de minuit, 3 novembre 2015, par Géraldine Dolléans

Lire l’article

Grazia, 30 octobre 2015, par Marguerite Baux

Bande à part

Avant les gays, il y a eu la génération pédé, qui vivait l’homosexualité comme un acte militant. Dans ce texte, enflammé où s’entremêlent récit intime et pamphlet, Mathieu Riboulet raconte comment il a découvert la sexualité en même temps que la politique, au cœur vermillon des années 70. Hommage aux martyrs, déploration... Lire la suite

Libération, 30 octobre 2015, par Ludivine Bantigny

Mathieu Riboulet au fil des années de plomb

Lire l’article

Art press, octobre 2015, par François Poirié

Le sexe n’est pas séparé du monde

Dans l’univers de Mathieu Riboulet, qui se compose d’une dizaine d’ouvrages, dont quelques-uns d’une beauté glacée qui bouleverse – L’Amant des morts, Avec Bastien, les Œuvres de miséricorde, où le narrateur confiait son « obsessions » du Caravage –, dans cet univers-là, les frontières semblent abolies : la... Lire la suite

Le Clavier cannibale, 30 septembre 2015, par Christophe Claro

Dans nos propres corps : la morsure Riboulet

Lire l’article

La Gazette de la librairie du MuCEM, octobre 2015, par F.C.

Mathieu Riboulet a huit ans en Mai 68, douze en 1972 lors de la mort de Pierre Overney, ce militant de la Gauche prolétarienne tué par un vigile de Renault, dix-huit ans en 1978 lors de l’assassinant d’Aldo Moro par les Brigades Rouges. Autant de dates, symboles et significatives dans l’éveil politique de Mathieu Riboulet,... Lire la suite

Philosophie magazine, 25 septembre 2015, par Géraldine Mosna-Savoye

Lire l’article

Mediapart, 24 septembre 2015, par Dominique Conil

Ni geôle de Reading, ni plage d’Ostie

[…] En 1972, alors que Philip S. rejoint la lutte armée, Mathieu Riboulet est sans doute passé non loin de lui. Il a douze ans, des parents très à gauche qui, au lieu de villégiaturer, se sont mis en tête, pendant les vacances, d’aller voir de près la... Lire la suite

L’Humanité, 24 septembre 2015, par Sophie Joubert

La politique inscrite dans les corps

Dans deux récits parus simultanément et reliés par une langue magnifique, Mathieu Riboulet met en regard sexualité et politique.

Mathieu Riboulet est un écrivain du corps. Depuis son premier livre, Un sentiment océanique, il explore le corps malade ou sexuel, le sien et celui des hommes qu’il désire.... Lire la suite

Stylist, 24 septembre 2015, par Léonard Billot

Jouer avec le feu

1967-1978 : de l’assassinat de l’étudiant berlinois Benno Ohnesorg à l’exécution du député italien Aldo Moro par les Brigades Rouges. Entre les deux ? Dix années de plomb, de sang et de sperme. Une décennie de corps qui tombent sous les balles ou se dressent de désir ; dix ans de... Lire la suite

La République des livres, 10 septembre 2015, par Pierre Assouline

Lire l’article

Charybde 27 : le blog, 10 septembre 2015, par Hugues Robert

Une intense écriture de la naissance des engagements et du refus de la résignation

Lire l’article

Mouvement, 1er septembre 2015, par Fanny Taillandier

Corps politiques

De la vie, il importe peut-être, et surtout, de ne pas sortir indemne. Telle est l’éventuelle morale des deux textes complémentaires que signe Mathieu Riboulet cet automne – parce que les éditions Verdier les publient en même temps, mais aussi parce que leurs contenus se répondent en un jeu d’échos multiples, tant dans... Lire la suite

Le Matricule des anges, septembre 2015, par Thierry Cecille

Corps du délit

En un récit autobiographique lucide mais dénué de rancœur aussi bien que de larmoyante nostalgie, Mathieu Riboulet raconte sa jeunesse : quand l’apprentissage de la révolte fait écho à la revendication du désir.

Sous le règne sarkozyste, des voix martiales ou indignées reprenaient l’antienne déjà ancienne : si la France était... Lire la suite

Le Magazine Littéraire, septembre 2015, par Camille Thomine

La langue chevillée aux corps

L’écrivain publie simultanément six brûlants textes courts et un récit de formation indistinctement politique et sexuelle. À fleur de peau comme au plus vif de la chair, au cœur des désirs comme au milieu des tombeaux, une écriture admirable, aux accents souvent proustiens.

À quoi sert d’écrire sinon à... Lire la suite

Site du réseau Librest, septembre 2015, par Xavier Capodano (Librairie Le Genre urbain, Paris 20e)

Lire l’article

Politis, 27 août 2015, par Christophe Kantcheff

La rage au cœur

Mathieu Riboulet revient sur l’action révolutionnaire des années 1970 pour dissiper les mensonges et faire l’éloge de la jouissance comme mode d’apprentissage ?

Comme des chiens. Ils sont nombreux, dans Entre les deux, il n’y a rien, à avoir été abattus comme des chiens. Commençons par cette longue citation, pour... Lire la suite

Le un des libraires, 19 août 2015, par Mathieu Baussart (Librairie Quai des brumes, Strasbourg)

Nous naissons au monde avec l’histoire sur le dos, le poids de son héritage incrusté à même le corps. Dans les deux derniers livres de Mathieu Riboulet où l’on traverse notamment toute la décennie 1970, des corps, il y en a une multitude : meurtris, consommés, consumés, ensevelis sous le règne indifférent des États européens... Lire la suite

L’Indépendant, 9 août 2015, par Serge Bonnery

« Pour faire contrepoids »

L’écrivain Mathieu Riboulet participe au Banquet du livre de Lagrasse. Il y parlera vendredi, avec l’historien Patrick Boucheron, de la violence politique dans l’Histoire.

Vous venez de publier, avec l’historien Patrick Boucheron, un livre sur les attentats de janvier 2015 et les questions que cette violence nous pose.... Lire la suite

Livres hebdo, 26 juin 2015, par Jean-Claude Perrier

Le corps subjectif Mathieu Riboulet, orphelin des années 1970 contestataires

Né en 1960, Mathieu Riboulet n’a pas « fait » ce Mai 68, qu’il considère cependant fondateur dans son parcours, comme dans celui de tant de gens, alors qu’il est de bon ton, aujourd’hui, de remettre en cause la « révolution manquée » ainsi que... Lire la suite

Radio et télévision

« Hors-champs », par Laure Adler, France Culture, 3 décembre 2015.

« Le Temps des libraires », par Quentin Schoevaert, France Culture, 16 novembre 2015.

« Les Nouvelles vagues » dans la rubrique « Au singulier », par Marie Richeux, France Culture, du 12 au 16 octobre 2015.

« Le Temps des écrivains », par Christophe Ono-dit-Biot, France Culture, 19 septembre 2015.

« Un livre, un jour », par Olivier Barrot, France 3, 14 septembre 2015.

« La Dispute », par Arnaud Laporte, France Culture, 4 septembre 2015.

« Les bonnes feuilles », par Sandrine Treiner, France Culture, 24 août 2015 :
Mathieu Riboulet présente et lit les premières pages.