Recherche sur les mots-clés « pierre michon »


Pierre Michon, « À voix nue », France Culture, novembre 2002

Une suite de cinq entretiens avec Colette Fellous, enregistrés aux Cards en juillet 2002.

1. La maison des Cards

https://editions-verdier.fr/wp-content/uploads/2020/02/Michon_a-voix-nue_2002_1.mp3

2. Le ciel est un très grand homme

https://editions-verdier.fr/wp-content/uploads/2020/02/Michon_a-voix-nue_2002_2.mp3

3. Une violente liberté

https://editions-verdier.fr/wp-content/uploads/2020/02/Michon_a-voix-nue_2002_3.mp3

4. Booz endormi

https://editions-verdier.fr/wp-content/uploads/2020/02/Michon_a-voix-nue_2002_4.mp3

5. Alexandrine Décembre, ou une vie minuscule inédite

https://editions-verdier.fr/wp-content/uploads/2020/02/Michon_a-voix-nue_2002_5.mp3


Le Matricule des anges, nº 103, mai 2009, dossier sur Pierre Michon

 

Fabrique de légendes

Propos recueillis par Thierry Guichard

 

La plupart de ses livres ont beau être inachevés, l’œuvre de Pierre Michon depuis ses Vies minuscules jusqu’aux Onze lui confère une place de choix dans la littérature française. Tenu par une injonction littéraire qui touche au sacré, l’homme cherche dans l’écriture les dieux... Lire l'article


Pierre Michon

Pierre Michon est né le 28 mars 1945, aux Cards, dans la Creuse où ses parents étaient instituteurs.

Lycéen à Guéret, il étudie ensuite les lettres à l’université de Clermont-Ferrand (maîtrise sur le théâtre d’Artaud). Son premier texte paraît lorsqu’il a trente-sept ans, après quelques années consacrées aux études littéraires et au théâtre.

Lire l'article

Michon chez Barbara, par Christophe Pradeau

Michon chez Barbara

C’est un secret bien gardé. Les critiques n’en ont que rarement fait état. Pierre Michon incarne au cinéma l’écrivain Jacques Tournier, traducteur de Francis Scott Fitzgerald et de Truman Capote, biographe de Carson McCullers, ce même Tournier qui fit paraître en 1983, chez Seghers, l’un des plus beaux livres consacrés à Monique... Lire l'article


Chemins de Michon

« À quoi cela sert-il, finalement d’être un écrivain, ou même un simple lecteur, un praticien ou un accompagnateur d’écriture ? » À cette question répondent, chez Pierre Michon, d’autres questions : « Qu’est-ce qui transforme une existence en une “vie” ? », ou encore : « Pourquoi se met-on à écrire, à peindre ? ». Guidé par ces interrogations, Jean-Pierre Richard chemine à travers des... Lire l'article


Le Soir, 6 juillet 2013, par Pierre Maury

Pierre Michon aime le court et on aime sa manière de faire court. Inspiré par le peintre Watteau, ce texte extrait de Maîtres et Serviteurs donne la parole au curé de Nogent et déploie un style somptueux. Devant sa toile, l’artiste ébauche de grands gestes qui finissent en petites touches, comme s’il devait se lancer de loin... Lire l'article


La Vie, 8 février 1996, par Jean-Pierre Allaux

La Grande Beune est l’accomplissement d’une œuvre littéraire, peut-être mince en volume mais considérable si l’on retient avant tout la perfection et l’originalité d’un style. On relit le livre, on le reprend n’importe où, chaque fois le cœur battant, comme certains poèmes de Baudelaire et de Rimbaud, ou comme les meilleures pages d’Alain Fournier. Pour tenter... Lire l'article


La République des lettres, 25 avril 2009, par Pierre Assouline

Pierre Michon, le douzième homme

 « C’est une immense jouissance que d’élire domicile dans le nombre. » Débrouillez-vous avec ça. Ce mot chu de la plume de Baudelaire figure en épigraphe du nouveau livre de Pierre Michon Les Onze […]. Il ne fait qu’augmenter le mystère du titre nu sur une couverture qui l’est tout autant. Tant mieux. De... Lire l'article


L’Histoire, juin 2009, par Pierre Assouline

La Terreur selon Michon

Pierre Michon fait partie des écrivains qui manient la langue française avec amour, ne s’inscrivent que dans le territoire de la littérature, ne s’épanouissent que dans la sphère de l’imaginaire et n’en expriment pas moins un véritable souci de l’histoire. L’histoire, il la saisit dans sa brutalité et son aridité, en... Lire l'article